Paiement

21 août 2019 08:19; Act: 21.08.2019 15:02 Print

Les Japonais sont toujours accros aux billets

Même s'ils connaissent depuis déjà une quinzaine d'années l'argent virtuel, les Japonais lui préfèrent souvent les espèces sonnantes et trébuchantes.

storybild

Les Japonais jugent les billets plus tangibles que le «cashless».

Sur ce sujet
Une faute?

Dans un pittoresque quartier commerçant de Tokyo, un petit écriteau incite le client à payer via son mobile. Mais ici, beaucoup préfèrent les espèces sonnantes et trébuchantes, jugées plus tangibles que le «cashless». Le gouvernement japonais voudrait doubler la part des transactions électroniques à 40% d'ici à 2025.

Le pays est en effet loin derrière d'autres puissances économiques. En Corée du Sud, le ratio s'élève déjà à 90%, selon Yuki Fukumoto, chercheur à l'institut NLI de Tokyo. Les récents déboires du géant de la distribution dans l'archipel, Seven & I Holdings, ne vont pas arranger les choses. Son système 7Pay de paiement par QR code a dû être abandonné à la suite d'un piratage.

Liasses de billets

C'est d'autant plus dommage que les Japonais connaissent depuis déjà une quinzaine d'années l'argent virtuel, via des porte-monnaies à puces sans contact (Felica, de Sony), insérées dans une carte en plastique ou dans le mobile: le client paie en effleurant le terminal.

Les précurseurs ont été le «pass» de transport ferroviaire Suica et ses dérivés, ou les cartes de fidélité/porte-monnaie des géants de la distribution (Nanaco chez Seven & Holdings, Waon chez Aeon). Ces cartes sont cependant souvent utilisées pour des petits paiements de quelques centaines de yens (quelques euros). Paradoxalement, pour des montants plus élevés, les Japonais sortent les liasses de billets!

«Ils craignent de trop dépenser»

Mais un tel attachement au «liquide» coûte cher: 2 000 milliards de yens (16 milliards d'euros) pour gérer les  distributeurs et transporter l'argent, selon une étude du Boston Consulting Group citée par le quotidien Nikkei. Sans compter la main-d'œuvre requise, au moment où le pays manque pourtant de bras.

Même si le PDG de la galerie marchande en ligne Rakuten, Hiroshi Mikitani, prédit une disparition totale des pièces et billets, les gérants des systèmes de paiement dématérialisés rongent leur frein. C'est que contrairement au liquide anonyme qui ne laisse pas de trace, leurs technologies sont un moyen de collecter pléthore de données sur les habitudes d'achats des utilisateurs.

«Je préfère le liquide»

Les services, souvent basés sur les QR codes, ces codes-barres en deux dimensions créés par la société nippone Denso Wave, se sont multipliés ces derniers mois au Japon. Dans une boutique de réparation de bicyclettes, PayPay - né d'une co-entreprise entre SoftBank Corp et Yahoo - est testé depuis l'an dernier. Le principe est simple: le client, qui a au préalable téléchargé l'application et enregistré ses données bancaires, approche son mobile pour scanner le QR code du commerçant, saisir la somme et régler ainsi son achat.

Mais le propriétaire de l'établissement, Katsuyuki Hasegawa, est sceptique. «Personnellement, je préfère le liquide. Avec PayPay, on ne se rend pas compte des flux d'argent», témoigne-t-il, précisant que seulement deux à trois clients par semaine payent ainsi. Avec ce moyen, les clients «craignent de trop dépenser» sans vraiment s'en rendre compte, selon l'expert de NLI.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pffff le 21.08.2019 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et ils ont raison

  • Le Belge le 21.08.2019 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Moi aussi, je préfère le "liquide", j'aime pas qu'on regarde ce que je fais de ma vie ou de servir à des buts non avouables....Plus de liquide, plus de liberté.

  • julie le 21.08.2019 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous aussi

Les derniers commentaires

  • bonsens le 22.08.2019 05:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut dire qu’ils ont un système judiciaire horrible et qui ne laisse aucune chance

  • Bento le 22.08.2019 03:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je prefere le liquide! De nos jours on digitalise pour mieux contrôler tous mondes...

  • Le Belge le 21.08.2019 15:04 Report dénoncer ce commentaire

    Moi aussi, je préfère le "liquide", j'aime pas qu'on regarde ce que je fais de ma vie ou de servir à des buts non avouables....Plus de liquide, plus de liberté.

  • julie le 21.08.2019 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous aussi

  • pffff le 21.08.2019 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et ils ont raison