Crainte de pénurie

10 novembre 2019 17:05; Act: 11.11.2019 15:17 Print

Les Libanais se ruent dans les commerces

Farine, riz, œufs, haricots ou viande: les Libanais se ruent dans les rayons des grands magasins, par crainte d'une nouvelle hausse des prix ou de ruptures de stocks.

storybild

Les produits de première nécessité ainsi que les étals de fruits et de légumes sont particulièrement convoités. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je ne me souviens pas avoir acheté autant de provisions dans notre vie (...) Nous le faisons en prévision des prochains jours et de cette période floue», avoue Sanaa, une quarantenaire ayant requis l'anonymat dans un supermarché de la capitale libanaise. Autour d'elle, de longues queues se forment aux caisses, où les employés affirment devoir faire des heures supplémentaires. Les produits de première nécessité ainsi que les étals de fruits et de légumes sont particulièrement convoités, contrairement aux rayons d'alcool ou de friandises, largement boudés.

«C'est aussi rempli qu'en période de vacances», dit Eireen Saif, employée d'une grande surface à Beyrouth. «Les gens ont peur de ruptures de stocks», ajoute-t-elle. Cette frénésie consommatrice survient après des avertissements samedi des propriétaires de stations-service --dont certaines ont fermé-- et du syndicat des hôpitaux d'un risque de pénurie d'essence et de médicaments, à la suite d'un renforcement par les banques des restrictions sur le retrait et la conversion de la livre libanaise vers le dollar.

«Les prix ont augmenté»

La monnaie locale est ancrée au billet vert depuis 1997 au taux fixe de 1 507,5 livres pour un dollar. Mais ces dernières semaines, ce taux longtemps considéré comme intouchable a renchéri dans les bureaux de change face aux restrictions des banques, oscillant désormais entre 1 650 et 1 800 livres/dollar. Or, de nombreux importateurs, qui paient leurs fournisseurs en dollars et encaissent en monnaie locale, déplorent des pertes liées à cet écart de taux de change. Résultat, les prix sur le marché connaissent une forte volatilité depuis quelques jours.

«Les prix ont augmenté», affirme Sanaa, en empilant des sacs de denrées alimentaires dans son caddie à roulettes. Le pays est plongé depuis plusieurs mois dans une grave crise économique, qui a servi de catalyseur à la contestation sans précédent lancée le 17 octobre, contre la classe dirigeante, accusée de corruption et d'incompétence. Sous l'effet conjoint de manifestations massives et d'actes de désobéissance civile, les banques, écoles, universités et commerces ont fermé leurs portes pendant deux semaines.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Josy Einsebark le 11.11.2019 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    L’hiver arabe pointe son nez , idem pour l ´Algérie ,ces deux pays arabes vont s’embraser à termes dommage encore deux pays qui vont sombrer dans la violence et ce retrouver au moyen âge.

Les derniers commentaires

  • Josy Einsebark le 11.11.2019 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    L’hiver arabe pointe son nez , idem pour l ´Algérie ,ces deux pays arabes vont s’embraser à termes dommage encore deux pays qui vont sombrer dans la violence et ce retrouver au moyen âge.