Même à 12 000 km

16 octobre 2019 08:39; Act: 16.10.2019 09:34 Print

Les Malouines redoutent les effets du Brexit

L'archipel britannique des Malouines craint que le Brexit soit préjudiciable pour ses exportations de poisson et de viande, et la préservation de son incroyable biodiversité.

storybild

Selon le gouvernement local des Malouines, 90% de la biodiversité du Royaume-Uni se trouve dans ses territoires d'outre-mer. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Même à plus de 12 000 km de Londres, l'archipel britannique des Malouines redoute les effets du Brexit, qui aura des conséquences sur ses exportations de poisson et de viande, mais aussi sur la préservation de son incroyable biodiversité. Alors que le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) sont engagés dans d'ultimes tractations pour tenter de parvenir à un accord avant le 31 octobre, les défenseurs de l'environnement de ce territoire de l'Atlantique sud de 3 400 habitants - connu en anglais sous le nom de Falklands - ne cachent pas leur préoccupation.

Car le Brexit signifiera la perte de précieuses sources de financements européens pour la protection d'un environnement tout à fait unique. Esther Bertram, présidente de l'ONG Falklands Conservation, espère que Londres prendra sa part pour la protection de la biodiversité du territoire, composé de deux îles principales, située à quelque 470 km des côtes argentines. «Il ne faut pas oublier que c'est ici que la biodiversité britannique est la plus incroyable», explique-t-elle à l'AFP.

Pas de députés au Parlement britannique

«Des espèces de baleines menacées viennent nager par ici. Nous avons les plus importantes populations de certains animaux : l'albatros à sourcils noirs, cinq espèces de manchots (...) des éléphants des mers du sud. C'est un environnement naturel extraordinaire», insiste-t-elle. Selon le gouvernement local, 90% de la biodiversité du Royaume-Uni se trouve dans ses territoires d'outre-mer. Ces dernières années, les Malouines, territoire à l'autonomie interne complète, ont reçu quelque 600 000 euros à travers le programme BEST qui vise à la protection de la biodiversité et des écosystèmes dans les régions ultrapériphériques et les pays et territoires d’outre-mer européens.

Désormais, Esther Bertram veut savoir comment seront compensés ces fonds après la sortie du Royaume-Uni de l'UE. «Nous n'avons aucune garantie que nous pourrons avoir accès au financement de l'UE à l'avenir, donc le gouvernement britannique a une réelle responsabilité envers sa faune sauvage dans les territoires d'outre-mer», estime-t-elle. Outre la protection de l'environnement, les deux principales activités économiques des Malouines, la pêche et l'élevage, qui emploient 15% de la population active, pourraient également souffrir de la sortie de l'UE. Entre 2007 et 2016, la pêche a représenté 43% du PIB et 89% des exportations de poissons ont eu pour destination l'UE en 2018.

«Nous profitons d'exemption de droit de douane et n'avons pas de contingent pour les produits de la pêche. Si cela change, bien sûr que nous pourrions nous retrouver dans une situation très difficile, les recettes gouvernementales diminuant considérablement», explique Leona Roberts, une des huit députés de l'Assemblée législative locale. En raison de leur statut autonome, les Malouines n'ont pas de députés au Parlement britannique et les habitants n'ont pas voté lors du référendum sur le Brexit.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Patrick le 16.10.2019 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    C'est plutôt la montée des eaux qu'ils devraient redouter...

  • Redbull 57 le 16.10.2019 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    "Nous n'avons aucune garantie que nous pourrons avoir accès au financement de l'UE à l'avenir" ? Sérieusement, quand on sort d'une entité (quelle qu'elle soit) faut pas rêver, vous perdez accès aux finances de cette entité... Il serait temps qu'ils retournent à la réalité...

  • Johny Pelican le 16.10.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    S'ils n'ont pas voté lors du référendum sur le Brexit, en quoi le Brexit devrait-il les concerne?.

Les derniers commentaires

  • luxo le 17.10.2019 21:16 Report dénoncer ce commentaire

    l'UE et le Luxembourg ne peuvent pas abandonner ces Îles, car notre pays à sa part de responsabilité dans la montée des eaux.

  • WhaleWhisperer le 17.10.2019 01:19 Report dénoncer ce commentaire

    Scénario Y: "Et si" Boris Johnson était démissionné de Downing Street 10 mais nommé gouverneur britanique des Falklands par la Reine d'Angleterre la semaine prochaine?

  • Nico57 le 16.10.2019 13:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Europe n’a pas intérêt à payé pour protéger votre île vous rêver j’espère arranger vous on a assez de problème et de zone à protéger chez nous!!!

  • Patrick le 16.10.2019 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    C'est plutôt la montée des eaux qu'ils devraient redouter...

  • Johny Pelican le 16.10.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    S'ils n'ont pas voté lors du référendum sur le Brexit, en quoi le Brexit devrait-il les concerne?.

    • Redbull 57 le 16.10.2019 15:50 Report dénoncer ce commentaire

      En tant que territoire britannique, ils sont concernés par le Brexit, tout simplement... (Tout comme Gibraltar par exemple)