Contexte de guerre

11 novembre 2018 13:48; Act: 12.11.2018 12:27 Print

Les petits prix en Syrie attirent les Jordaniens

Malgré une guerre pas encore terminée, de nombreux Jordaniens profitent de la réouverture d'un poste-frontière pour aller s'approvisionner en Syrie, où la vie est moins onéreuse.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Après avoir combattu au sein d'un groupe rebelle dans le sud syrien, Bahaa al-Masri s'est reconverti. À la frontière avec la Jordanie, il vend douceurs orientales et biscuits au sésame aux Jordaniens qui affluent pour faire leurs courses. Avec la réouverture du poste-frontière de Nassib mi-octobre, les Jordaniens viennent désormais se ravitailler dans la Syrie en guerre, achetant fruits et légumes, mais aussi des cigarettes, à des prix bien plus bas que dans leur pays.

Après trois années de fermeture, Nassib a été reconquis en juillet par Damas, au terme d'une offensive militaire et d'accords de reddition qui ont permis aux rebelles de déposer les armes ou d'être évacués vers d'autres bastions insurgés du pays. M. Masri fait partie de ceux qui ont préféré rester et régulariser leur situation auprès des autorités. Sur une aire de repos près du poste-frontière, il compte les boîtes de pâtisseries calées dans un panier en plastique à l'arrière de sa moto. Il dit écouler quotidiennement entre 27 et 30 boîtes, qu'il vend pour l'équivalent de quatre dollars l'unité.

Pendant près de six ans, il a gagné sa vie en combattant les forces gouvernementales syriennes au sein d'un groupe rebelle de la province de Deraa. Autour de lui, l'espace est envahi par des cageots débordant de légumes, d'oranges ou de grenades, mais aussi des cartons de cigarettes. Les infrastructures de Nassib n'ont pas été épargnées par les ravages de la guerre. Dans les bâtiments de la zone franche où des slogans rebelles sont toujours visibles, des ouvriers évacuent des monticules de gravats.

Certains font aussi le plein en Syrie, où le litre d'essence reste moitié moins cher qu'en Jordanie. Dans des files interminables, des camions frigorifiques attendent également d'entrer en Syrie, aux côtés de voitures parfois bourrées de valises, de matelas et de couvertures, dans lesquelles s'entassent des Syriens réfugiés en Jordanie qui ont décidé de retourner chez eux. Plaque tournante du commerce régional, la réouverture de Nassib doit permettre à la Syrie de normaliser ses échanges économiques avec ses voisins.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bref le 12.11.2018 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre, j'ai toujours cru que : guerre = pénurie = hausse des prix.

  • Salva le 11.11.2018 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Mon pays l'URSS/Russie et notre bien aimé Président Vladimir Vladimirovitch ne va pas permettre ça car il veut sauver la Syrie.

Les derniers commentaires

  • Bref le 12.11.2018 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre, j'ai toujours cru que : guerre = pénurie = hausse des prix.

  • Salva le 11.11.2018 18:07 Report dénoncer ce commentaire

    Mon pays l'URSS/Russie et notre bien aimé Président Vladimir Vladimirovitch ne va pas permettre ça car il veut sauver la Syrie.