Aviation

18 octobre 2019 20:43; Act: 18.10.2019 20:55 Print

Les problèmes du 737 MAX déjà soulignés en 2016

L'agence fédérale de l'aviation US a accusé Boeing vendredi de lui avoir caché des documents importants liés au 737 MAX.

storybild

Les 737 MAX sont cloué au sol depuis sept mois. (photo: AFP/Jason Redmond)

Sur ce sujet
Une faute?

Un échange entre employés de Boeing datant de 2016 révèle que le système automatique qui devait empêcher le 737 MAX de partir en piqué rendait l'avion difficile à piloter en simulateur, selon un document remis par le constructeur à une commission d'enquête.

Dans ce document, Mark Forkner, à l'époque un pilote de Boeing disait à un collègue que le MCAS --le système qui a depuis été mis en cause dans deux crashs qui ont fait 346 morts-- «déraille dans le sim (le simulateur Ndlr)».

«Il y a plusieurs mois»

L'agence fédérale de l'aviation (FAA) américaine a accusé vendredi Boeing de lui avoir caché des documents importants liés à la certification du 737 MAX, cloué au sol depuis sept mois après deux accidents ayant fait 346 morts.

«Tard hier soir (jeudi), Boeing a alerté le département des Transports de l'existence de messages instantanés entre deux employés de Boeing, discutant de certains éléments de communication avec la FAA lors de la certification initiale du 737 MAX en 2016», dénonce le régulateur dans un courriel. «Boeing a expliqué au département qu'il a découvert ces documents il y a plusieurs mois» mais n'en a pas fait part à la FAA.

Jugés «inquiétants»

D'après une source proche du dossier, les deux employés évoquaient le fait que des informations trompeuses avaient été communiquées à la FAA sur un important logiciel du 737 MAX.

«La FAA a trouvé la substance des documents inquiétante», déclare vendredi la FAA, qui se dit «déçue» que Boeing n'ait pas «immédiatement» porté à son attention ces documents dès qu'il en a pris connaissance. «La FAA est en train d'examiner les informations (contenues dans les documents) pour déterminer quelles mesures appropriées prendre» contre Boeing, assure le régulateur, dont la proximité avec Boeing a été dénoncée de toutes parts depuis les accidents. Pour montrer qu'elle affirme son indépendance, la FAA a adressé une lettre vendredi à Dennis Muilenburg, le patron de Boeing, le sommant de s'expliquer.

«J'attends vos explications immédiatement concernant le contenu de ce document et les raisons pour lesquelles Boeing en a retardé la divulgation à son régulateur en charge de la sécurité», y écrit Steve Dickson, un des responsables de la FAA, dans ce courrier obtenu par l'AFP.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.