Or noir

18 mars 2020 13:08; Act: 18.03.2020 14:53 Print

Les Saoudiens inquiets face au krach pétrolier

Des hôtels vides aux salons de beauté fermés, les Saoudiens se préparent à un effondrement économique face à la pandémie de nouveau coronavirus.

storybild

Les autorités saoudiennes ont décidé de fermer les restaurants et les jardins publics, notamment. (photo: AFP/Fayez Nureldine)

Sur ce sujet
Une faute?

D'énormes pertes sont attendues, la plus grande économie des pays arabes ayant vu ses activités économiques et commerciales perturbées par les mesures de restriction destinées à contenir la propagation de la maladie du Covid-19. Le royaume, premier exportateur de brut au monde, est également frappé de plein fouet par le plongeon des prix de l'or noir, passés sous la barre des 30 dollars le baril, cette semaine, pour la première fois en quatre ans.

«C'est la crise!», lance un fonctionnaire saoudien. «Tout est imprévisible, nous devrions être prêts au pire», prévient-il, affirmant avoir commencé à convertir une partie de son salaire en dollars et en pièces d'or, des valeurs sûres. Dans le centre de Riyad, un bijoutier dit s'être bien renseigné avant de décider lui aussi de convertir «des sommes importantes d'argent liquide» en lingots et pièces d'or.

Des scénarios budgétaires en préparation

Les Saoudiens appréhendent des réductions des subventions de l'État, des suppressions d'emplois dans les secteurs public et privé alors que le taux de chômage est déjà élevé, ou encore des baisses des bourses d'études à l'étranger. Le ministère des Finances a demandé aux organismes gouvernementaux de soumettre des propositions pour réduire le budget de cette année de 20 à 30%, a révélé le cabinet de conseil économique Nasser Saidi and Associates.

«Cela prendra probablement la forme de projets reportés et de retards dans l'attribution des contrats, entre autres», précise-t-il, dans une note de recherche. Le royaume prépare actuellement des scénarios budgétaires avec un prix du baril de brut réduit de 12 à 20 dollars, selon l'Energy Intelligence Group.

En congé sans solde

«La confiance du public dépend des dépenses publiques et du pétrole - les deux sont en baisse», souligne un consultant conseillant un ministère saoudien sur un projet majeur. «Nous ne savons pas si nous aurons nos emplois demain». Cette riche monarchie pétrolière, qui dépensait autrefois sans compter, a demandé aux ministères de notifier «chaque centime» déboursé, précise le consultant.

Plusieurs hôtels de Riyad - dont beaucoup sont vides en raison de la baisse du nombre de voyageurs - sont obligés de mettre leur personnel en congé sans solde. Certains ont été réquisitionnés par les autorités pour y mettre des personnes en quarantaine, selon plusieurs membres du personnel et clients qui ont été forcés de quitter rapidement les lieux.

Le krach pétrolier a largement été favorisé par la décision de l'Arabie d'augmenter sa production à partir d'avril et de baisser ses prix, en représailles au refus de la Russie de resserrer l'offre face à une demande en chute libre, à cause des craintes autour du nouveau coronavirus. L'Arabie saoudite a ignoré les critiques selon lesquelles cette décision pourrait affecter d'autres exportateurs de pétrole, mais Riyad ne semble plus être disposée à jouer le rôle de «producteur pivot» dans la stabilisation des marchés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Matthias le 18.03.2020 14:52 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vrai que c'est dur pour tout le monde... mais ces gens profitent du Pétrole... ils se sont bien enrichis jusqu'à maintenant... alors, ils ont encore de l'argent pour vivre... sinon, qu'ils apprennent à faire des économies et adopter une vie simple...

  • lea le 18.03.2020 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eh bien voilà on y est ! Ça remet les pendules à l’heure ! Un peu d’humilité ne leur fera Pas de mal

  • rebelle le 18.03.2020 16:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je les plaindrais quand j’aurai 5mn. Yen a qui ont beaucoup moins et ne se plaignent pas.

Les derniers commentaires

  • Gemini le 19.03.2020 22:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bienvenus dans le monde réel, chers saoudiens !

  • michel le 19.03.2020 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    ils peuvent toujours le boire........................!!!!

  • Marco le 19.03.2020 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    Je visite regulierement KSA, un très beau pays, solidarité aux saoudiens et un voeux de succes pour le plan Vision 2030!

  • bonsens le 19.03.2020 09:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont découvrir une activité nouvelle qui s’appelle le TRAVAIL

  • bonsens le 19.03.2020 09:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le diesel est à 13 centimes chez eux