Crise du coronavirus

18 janvier 2021 08:47; Act: 18.01.2021 11:45 Print

Les stations de ski doivent trouver de nouvelles pistes

Avec la crise, la montagne vit un moment inédit qui pourrait accélérer sa transition vers un modèle économique moins dépendant du ski alpin et de la saison hivernale.

storybild

En pleine pandémie de Covid-19, la saison s'annonce désastreuse pour les stations de ski françaises, privées à Noël de 80% de leur fréquentation, faute de remontées mécaniques. (photo: AFP/Georges Gobet)

Sur ce sujet
Une faute?

Un afflux de touristes l'été et des remontées mécaniques à l'arrêt l'hiver. Avec la crise sanitaire, la montagne vit un moment inédit qui pourrait, espèrent certains acteurs, accélérer sa transition vers un modèle économique moins dépendant du ski alpin et de la saison hivernale. En pleine pandémie de Covid-19, la saison s'annonce désastreuse pour les stations de ski, privées à Noël de 80% de leur fréquentation, faute de remontées mécaniques et de restaurants, bars et discothèques. Pour les deux semaines des vacances fin décembre, la perte de chiffre d'affaires de l'ensemble de la filière s'élèverait à 1,5 milliard d'euros, selon elle.

De quoi convaincre les stations de ski de «passer la seconde», prédit Cécile Ferrando, en charge de la promotion de Val-d'Isère Tourisme. Cette «période compliquée» leur permet de «faire découvrir une autre facette» de la montagne, plaide-t-elle. La station de ski savoyarde mise désormais sur la saison estivale et veut valoriser son patrimoine et ses églises. Pour la première fois, des tour-opérateurs étrangers l'ont contactée pour y organiser des séjours l'été prochain, un «signal fort», selon Mme Ferrando.

Luge, VTT, trail...

Quant à La Plagne (Savoie), elle aussi a été approchée par plusieurs tour-opérateurs qui envisagent d'y envoyer leurs clients l'été prochain, explique à l'AFP Thomas Saison, directeur commercial de la station. Pour certaines stations de moyenne ou basse montagne, «la crise va accélérer une forme de spécialisation» vers d'autres activités, selon lui. Il pourrait y avoir «un bon créneau à prendre» pour celles «qui ont envie de muter vers un modèle sans ski alpin», estime M. Saison.

En revanche La Plagne, classée parmi les plus hautes stations de France, et donc moins directement menacée par les problèmes d'enneigement que connaissent celles situées à plus basse altitude, ne compte pas emprunter cette voie. Car la crise sanitaire a aussi mis en lumière l'importance économique du ski alpin. Serpent de mer du secteur, la diversification, rendue nécessaire par le changement climatique, bute contre ce modèle prédominant depuis des décennies. Rares sont encore les stations de sports d'hiver qui osent imaginer un futur sans remontées mécaniques.

Parmi ces pionnières, figure la station jurassienne de Métabief (Doubs), qui culmine à 1 430 m et qui a même fixé une échéance pour sa transition: 2040. À partir de cette date, disent les experts, la neige n'y sera plus garantie. Sans renoncer entièrement à ses remontées mécaniques, elle investit dans le VTT, la luge, les balades de chiens de traineaux ou le trail. Grâce à ces autres activités, Métabief a profité d'une «fréquentation phénoménale» pendant les fêtes, se réjouit Philippe Alpy, président du Syndicat Mixte du Mont d'Or. Mais elles créent moins d'emplois et rapportent encore peu: sur une saison normale, le ski alpin représente 90% du chiffre d'affaires. «C'est un autre monde qu'il faut imaginer», témoigne M. Alpy, qui pense que la pandémie «remet en cause des schémas économiques concentrés sur le ski alpin».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • packtiech le 18.01.2021 22:46 Report dénoncer ce commentaire

    quel cirque! il n'y a presque pas d'infections à l'extérieur,ils sont vraiment en train de détruire l'économie du monde entier sauf quelques exceptions...

  • veritis le 18.01.2021 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ouvrez les télésiège. arrêtez de croire les mascarades du gouvernement

  • Sebe le 18.01.2021 19:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À mort la montagne coûte chère. Hors de question d'aller là-bas pour regarder sans faire du snowboard. Si plus de ski faudra diminuer les prix des hôtels sinon la mort sera assurée.

Les derniers commentaires

  • luxembourgbestcountry le 18.01.2021 23:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ah oui tous les business sont foutus cest le but

  • packtiech le 18.01.2021 22:46 Report dénoncer ce commentaire

    quel cirque! il n'y a presque pas d'infections à l'extérieur,ils sont vraiment en train de détruire l'économie du monde entier sauf quelques exceptions...

  • veritis le 18.01.2021 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ouvrez les télésiège. arrêtez de croire les mascarades du gouvernement

  • Killi le 18.01.2021 19:57 Report dénoncer ce commentaire

    De l'intox pure et dure. Rien ne changera.

  • Sebe le 18.01.2021 19:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À mort la montagne coûte chère. Hors de question d'aller là-bas pour regarder sans faire du snowboard. Si plus de ski faudra diminuer les prix des hôtels sinon la mort sera assurée.