Guerre commerciale

26 janvier 2020 16:23; Act: 27.01.2020 16:48 Print

Les vins français menacés de nouvelles sanctions

Les vins français sont toujours sous la menace de nouvelles sanctions américaines, dans le cadre du différend qui oppose Washington et Bruxelles sur Airbus et Boeing.

storybild

Les États-Unis sont le premier marché d'exportation en valeur des vins français. (photo: AFP/Mark Ralston)

Sur ce sujet
Une faute?

Les vins français sont toujours «dans la gueule du loup» et menacés de nouvelles sanctions américaines dans le différend qui oppose Washington et Bruxelles sur Airbus et Boeing, malgré la trêve évoquée cette semaine sur la taxe numérique. «Depuis le milieu de la semaine, nous avons senti un allègement de la pression concernant d'éventuelles rétorsions américaines à la volonté française d'instituer une taxe numérique, mais les exportations de vins français sont soumises depuis le 18 octobre à des taxes de 25% dans un conflit aéronautique Boeing/Airbus qui peut encore s'envenimer d'ici la mi-février», résume pour l'AFP un haut responsable de la filière viticole.

«Nous nous inquiétons du risque de durcissement du conflit aéronautique qui pénalise nos exportations mois après mois», ajoute Bernard Farges, président de la Confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie à appellations d'origine contrôlées (CNAOC). «Les vins français sont dans la gueule du loup», ajoute-t-il. Outre les vins français, Washington a été autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à appliquer ces taxes sur l'huile d'olive espagnole, les fromages italiens et les whiskies écossais, en représailles à des subventions versées à Airbus par les États européens. En France, toute la filière viticole a demandé au gouvernement la mise en place rapide d'un «fonds de compensation français des entreprises impactées» pour défendre un secteur «attaqué dans un conflit qui n'est pas le sien».

«Ils ont une capacité à monter la température qui n'est pas très rassurante»

L'inquiétude est d'autant plus forte qu'avec un chiffre d'affaires de plus d'un milliard d'euros en 2018, «les États-Unis sont le premier marché d'exportation en valeur des vins français», rappellent M. Farges et Louis Fabrice Latour, vice-président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS). Signe que les taxes du 18 octobre font déjà des victimes, la valeur des exportations des vins de Bordeaux aux États-Unis a chuté de 46% en novembre sur un an. Pour MM. Farge et Latour, la trêve entrevue sur le dossier numérique permet seulement de «gagner du temps» et «ne règle pas le dossier Airbus».

La France a fait savoir cette semaine qu'elle reportait le prélèvement cette année d'une taxe sur les géants du numérique pour éviter de nouvelles taxes américaines dans le domaine du luxe et des champagnes. Paris attend désormais la suspension formelle par l'administration Trump de la procédure ouverte en décembre, contre la taxe française sur le numérique qui pourrait déboucher sur des sanctions.

Sur le dossier Airbus de surcroît, «il y a un système qui s'appelle carroussel au sein du ministère du Commerce américain qui permet au bout de quatre mois après le déclenchement des premières taxes de revoir en l'alourdissant leur montant ou leur objet, ce que les Américains peuvent faire à tout moment jusqu'au 15 ou 16 février, puisque l'OMC leur a accordé le principe de taxer jusqu'à 7,5 milliards de dollars de flux commerciaux et qu'ils n'ont pas rempli leur quota le 18 octobre», s'inquiète M. Farges. «Ils n'ont utilisé que 1,4 milliard sur les 7,4 dont ils disposaient. Ils ont une capacité à monter la température qui n'est pas très rassurante», précise une source proche des négociations.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Léon le 26.01.2020 18:09 Report dénoncer ce commentaire

    Comme je dis, les américains décide du commerce mondial à leurs avantages. Les européens c’est comme des chiens peureux ils font que subir et rien d’autre,ça c’est la réalité des dirigeants européens.

  • dom le 26.01.2020 18:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    330 millions vs 7,7 milliard, si le reste du monde n’achète plus américain ou impose des taxes identiques sur leurs produits, ils auront plus de soucis que nous... il faut juste que nos représentants aient un peu de c...... volonté

  • NoComent le 26.01.2020 19:17 Report dénoncer ce commentaire

    L'Europe va s'applatir , comme d'habitude. Il est plus facile de nous taxer nous que de faire plier Trump et sa clique

Les derniers commentaires

  • François de Berdorf le 27.01.2020 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Les vins français sont de plus en plus chers et leur qualité diminue régulièrement depuis 20 ans... Buvez luxembourgeois !

    • LuxThill le 28.01.2020 18:52 Report dénoncer ce commentaire

      Ça dépend des vins...

  • Oui c'est moi le 27.01.2020 10:18 Report dénoncer ce commentaire

    C'est con que ce pays dépendent beaucoup financièrement de la piquette.

  • Opinion le 27.01.2020 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE est la première économie mondiale, il serait temps qu'elle riposte contre les Etats qui ont élu Trump en rendant leurs produits inexportables. C'est ce que Juncker avait menacé et c'est pour cela que tout était redevenu calme mais avec Mme von der Leyen... on verra

  • Baron Rouge le 27.01.2020 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’alcool nuit gravement à la santé !

    • Danger Zone le 27.01.2020 10:42 Report dénoncer ce commentaire

      9% des Luxembourgeois meurent des conséquences de l'alcool. Et 35% ont même une surconsommation. Dixit le wort

    • LuxThill le 28.01.2020 18:54 Report dénoncer ce commentaire

      Personne ne peut dire qu'il ne sait pas avant de commencer à boire.

  • la trois le 27.01.2020 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand cessera t'on de cirer les pompes des américains? c'est bon là on a assez payé pour dire merci après 40 45. maintenant, dehors tous ces traités dangereux et néfastes. on a nos partenaires suisses, européens chinois, australiens, japonais et russes