En Corée du Sud

25 mai 2019 19:24; Act: 25.05.2019 19:27 Print

Mandats d'arrêt contre des vice-​​chefs de Samsung

Deux vice-présidents de Samsung Electronics, soupçonnés dans une affaire de fraude comptable, sont visés par un mandat d'arrêt.

storybild

Image d'illustration.

Sur ce sujet
Une faute?

Un tribunal sud-coréen a approuvé, samedi, des mandats d'arrêt demandés par le parquet contre deux vice-présidents de Samsung Electronics, soupçonnés dans une affaire de fraude comptable, a rapporté l'agence Yonhap. L'enquête sur ce scandale s'est accélérée après la découverte, au cours d'une perquisition début mai, d'un serveur informatique et de dizaines de carnets de notes cachés sous le plancher d'une usine Samsung BioLogics à Incheon, dans la banlieue ouest de Séoul.

En novembre 2018, la FSC avait infligé à Samsung BioLogics une amende de huit milliards de wons (6 millions d'euros) et avait suspendu la cotation de ses titres, dans l'attente d'une éventuelle radiation définitive de la Bourse. La FSC avait également demandé au parquet de démarrer une enquête, et à Samsung BioLogics de limoger Kim Tae-han.

Réputation mise à mal

La firme pharmaceutique a nié toute violation des règles comptables, mais s'est excusée d'avoir «semé la confusion» auprès des investisseurs et de ses clients.

La réputation de Samsung, conglomérat familial qui domine l'économie sud-coréenne, avait déjà été mise à mal avec la condamnation à cinq ans de prison pour corruption, en août 2017, de Lee Jae-yong, fils et dauphin du patron du groupe Lee Kun-hee. M. Lee fils a toutefois été libéré en février 2018 après l'annulation partielle de sa condamnation en appel.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.