Portrait

05 mars 2017 15:45; Act: 06.03.2017 12:15 Print

Musk, les pieds sur terre et la tête dans les étoiles

Les voitures électriques et l'énergie solaire ne lui suffisent pas: Elon Musk, l'homme rendu célèbre par ses Tesla, veut envoyer des touristes vers la Lune, voire au-delà.

Sur ce sujet
Une faute?

Reconnu comme l'un des innovateurs les plus en pointe aux États-Unis, Elon Musk, né en Afrique du sud, n'a que 45 ans mais a déjà derrière lui les succès du système de paiements en ligne Paypal, les voitures Tesla, l'entreprise de panneaux solaires SolarCity ainsi que SpaceX qui fabrique des fusées spatiales. Cette dernière compagnie vient d'annoncer qu'elle voulait envoyer fin 2018 deux touristes faire le tour de la Lune, sur les traces des célèbres missions Apollo de la Nasa entre 1960 et 1970. Selon SpaceX, il ne s'agira que d'une «étape» pour progresser ensuite vers Mars à l'horizon 2024. Dans l'univers de la nouvelle économie dominée par l'internet, les entrepreneurs visionnaires, ou qui pensent l'être, sont nombreux mais Elon Musk place la barre très haut, peut-être trop pour certains.

Son projet «Hyperloop» permettant de transporter, sur Terre, des passagers dans des capsules circulant dans un tube à basse pression à une vitesse pouvant atteindre 1 200 km/h, passait pour de la science-fiction lorsqu'il l'a présenté. Or, il pourrait se concrétiser en Californie et entre la République tchèque et la Slovaquie. Un centre de recherche dédié à cette technologie vient de s'ouvrir à Toulouse, en France. «C'est un visionnaire qui a des passions qu'il poursuit sans relâche», affirme Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research. «Il n'attend pas que les gens s'y mettent. Il sort du bois et le fait lui-même». «Il ne semble pas très capable de se concentrer longtemps», tempère toutefois Rob Enderle du cabinet Enderle Group. «Il aime surtout sortir des idées et il excelle à choisir des gens qui peuvent s'occuper de la plomberie, c'est pourquoi il peut faire beaucoup de choses». «Mais il sait vendre ses idées» et «le fait que ses entreprises tiennent le coup prouvent qu'il n'est pas un charlatan», concède-t-il.

Chat domestique

Malgré son esprit visionnaire et futuriste, Elon Musk redoute les développements tous azimuts de l'intelligence artificielle par crainte qu'elle ne se retourne contre les hommes. Il a ainsi participé à la création d'un cabinet de recherche pour développer une intelligence artificielle «humaine». «Si nous devions créer une forme de super-intelligence numérique qui nous dépasse largement, il est très important qu'elle soit salutaire», a-t-il affirmé lors d'une conférence en Californie, comparant la situation d'humains soumis au pouvoir des machines à celle d'un chat domestique. «Je n'aime pas l'idée d'être un chat à la maison», a-t-il lancé, préférant plutôt imaginer des connexions neurologiques qui augmenteraient les capacités cérébrales en reliant directement les hommes à des ordinateurs. Il a aussi suscité la surprise en émettant l'hypothèse que le monde que nous connaissons ne serait qu'une vaste simulation informatique. «Les chances que nous vivions dans une vraie réalité sont d'une sur des milliards», a-t-il affirmé. Après avoir quitté son pays natal, Elon Musk, qui possède également les nationalités américaine et canadienne, a fait ses études universitaires dans l'Ontario puis aux États-Unis.

À moins de 25 ans, il crée Zip2, une entreprise de logiciels en ligne, avant de devenir millionnaire avant ses 30 ans en la revendant au fabricant d'ordinateurs Compaq en 1999. Plutôt que de se reposer sur ses dollars tout frais, le jeune entrepreneur fonde X.com, ensuite fusionnée avec PayPal, elle-même rachetée par eBay en 2002 pour 1,5 milliard de dollars. Sa fortune est aujourd'hui évaluée par Forbes à 13,4 milliards de dollars. Il gère également une fondation consacrée à l'éducation, aux énergies renouvelables et à la santé infantile. Quant à sa vie privée, il est le père de 6 enfants, tous des garçons, nés de son union avec sa première épouse, l'écrivaine canadienne Justine Wilson, dont il a divorcé en 2008. Ils avaient perdu leur premier enfant, victime du syndrome de la mort subite du nourrisson. Elon Musk a aussi la particularité d'avoir été marié trois fois à seulement deux femmes différentes puisqu'il a épousé deux fois l'actrice Talulah Riley dont il est aujourd'hui divorcé, pour la deuxième fois.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.