Faillites en Belgique

18 janvier 2021 17:18; Act: 18.01.2021 18:18 Print

«N'avait-​​on pas trop de cafés et de restaurants?»

BRUXELLES - Alors que la banque Belfius a été sauvée par l'État belge en 2011, son CEO Marc Raisière a torpillé le secteur Horeca, obligé d'être fermé face au Covid.

storybild

Marc Raisiere, CEO de Belfius, actif dans la banque et dans l'assurance en Belgique. (photo: AFP/Thierry Roge)

Sur ce sujet
Une faute?

«Bien sûr qu’il y aura des faillites! Mais n’avions-nous pas trop de cafés et de restaurants en Belgique? Etaient-ils tous rentables? Étaient-ils tous viables, sans avoir recours au noir?». Les propos sont très crus et ils ont été prononcés par Marc Raisière, CEO de la banque Belfius dans l'hebdomadaire économique Trends/Tendance. Questionné sur une probable «vague de faillite» «lorsque les mécanismes d'aide prendront fin», il n'y a pas été par quatre chemins.

«Les économies ont de temps à autre besoin d’une vague d’assainissements», a encore ajouté Marc Raisière. «Les entreprises zombies vont disparaître. Est-ce grave? Pour leur propriétaire et leur personnel, certainement, mais pas pour l’économie. D’autres naîtront sur leurs cendres. De nouvelles activités se créeront». Des propos qui ont déclenché la colère du secteur Horeca, de députés et de personnalités dans toute la presse belge, ce lundi.

[ LE CYNISME ]

Suite à la sortie de Mr Marc Raisière (CEO Belfius), qui a démontré, avec une assurance...

Publiée par Collectif Wallonie Horeca sur Dimanche 17 janvier 2021

En pleine tourmente et même invité à s'expliquer face aux parlementaires, Marc Raisière s'est dit, ce lundi, «désolé» de ses propres propos. «Mon intention n'a jamais été de stigmatiser ce secteur pour lequel j'ai énormément de respect ni de blesser qui que ce soit», a précisé le CEO de Belfius, dans un communiqué. Et d'ajouter: «Belfius continuera à soutenir l'économie belge, avec tous les moyens dont elle dispose, y compris le secteur de l'horeca, d'autant plus face aux difficultés qu'il rencontre actuellement».

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Professeur57 le 18.01.2021 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Donc ça prouve que c’est bien une mascarade européenne pour le secteur de la restauration !!!!!!! Réduire les indépendants pour favoriser les enseignes Américaines pour lutter contre la Chine ennemie numéro un des USA !!!!!! A qui favorise cette épidémie ? Facebook Amazon Uber Macdonald etc etc etc etc et y voit la bourse le résultat.

  • LuxFlag le 18.01.2021 18:06 Report dénoncer ce commentaire

    "Etaient-ils tous rentables!!!?" Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre? Je lui mettrai bien deux claques. Quand vous empruntez de l'argent, vous faite un pari sur l'avenir, comment un restaurant peut savoir à l'avance qu'il sera rentable à l'avenir et qu'il sera capable de voir venir et de supporter un choc économique de cette ampleur? Et ce monsieur, il sait combien de temps il va garder son siège et s'il est rentable pour son entreprise? Il est trop facile de porter un jugement après les faits.

  • jetlee le 18.01.2021 19:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce monsieur qui gagne 910.000 euros par ans se permet de nous descendre, il est honteux de parler comme ça, en plus que c'est l'état belges qui vous a sauvé de votre faillite que vous avez mal géré , honte à vous.

Les derniers commentaires

  • Bgliste le 22.01.2021 10:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les restaurateurs ont profité pendant des décennies de pouvoir servir des plats médiocres à prix exorbitants. N‘en parlons même pas sur la marge sur les boissons. C‘était de l‘argent facilement gagné. Maintenant c‘est fini et seulement les doués survivront.

  • vindulux le 20.01.2021 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Il ne s'agit pas de sacrifier l'HORESCA! En réalité c'est un cadeau de Bettel aux vautours luxembourgeois qui attendent l'agonie de leurs proies pour récupérer l'établissement et y placer une gérant ou pour réaliser une plus évalue immobilière.

  • Pink Martini le 20.01.2021 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Trop de cons, trop de politiciens, trop de banquiers ...

  • Corium le 19.01.2021 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Curieux de savoir combien de millions prélevés au secteur Horeca pour sauver la banque, donc le job de cet odieux personnage. Au fait, sa banque a-t-elle remboursé les contribuables belges pour ce sauvetage ? Piste intéressante à fouiller.

  • Corium le 19.01.2021 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Premier objectif du grand reset: supprimer les travailleurs indépendants et les PME PMI pour que les multinationales s'en mettent plein les poches. Follow the money et vous saurez à qui profite le crime.