Malaisie/Détournement

11 novembre 2019 09:18; Act: 11.11.2019 11:36 Print

Najib Razak sera jugé pour le scandale 1MDB

Le premier procès de l'ancien dirigeant malaisien, Najib Razak, pour son rôle dans le vaste scandale du pillage du fonds souverain 1MDB va se poursuivre.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-Premier ministre fait face à sept chefs d'accusation liés au détournement de 42 millions de ringgits (10 millions de dollars) d'une filiale du fonds souverain 1MDB, a indiqué le juge Mohamad Nazlan Mohamad Ghazali devant la Haute Cour de Kuala Lumpur. «L'accusé avait une influence énorme et dominante» sur SRC International, l'unité du fonds 1MDB en cause, a déclaré le juge, notant que le parquet avait conclu que Najib Razak devrait répondre de tous les chefs d'accusation à son encontre.

Cette filiale «était depuis le début sous le contrôle de l'accusé. L'accusé y exerçait un pouvoir considérable», a-t-il ajouté. Najib Razak doit répondre de quatre chefs d'accusation de corruption, passibles de 20 ans de prison chacun, et trois chefs d'accusation de blanchiment d'argent, punissable de 15 ans d'emprisonnement. Les avocats de Najib Razak ont estimé en revanche que les éléments de l'accusation «ne présentaient aucune preuve de culpabilité» de leur client.

Développement économique

Ce procès porte sur une petite fraction seulement des sommes colossales qui ont disparu. Selon les éléments de plusieurs enquêtes, plus de 500 millions de dollars ont atterri sur les comptes de Najib Razak. Mais il a constamment nié toute malversation. Najib Razak et des complices sont accusés d'avoir utilisé pour des achats fastueux, allant de l'immobilier à des œuvres d'art en passant par un yacht, l'argent qu'on leur reproche d'avoir détourné du fonds 1MDB, initialement créé pour permettre le développement de l'économie malaisienne.

Plusieurs pays enquêtent sur cette affaire, dont la Suisse. La justice américaine qui enquête aussi sur le scandale estime que le total des détournements atteint 4,5 milliards de dollars. Ce vaste scandale, qui a éclaboussé jusqu'à la banque américaine Goldman Sachs, soupçonnée d'avoir prêté son concours à ces détournements présumés, a largement contribué à la défaite électorale de la coalition emmenée par cet homme politique, en mai 2018.

(L'essentiel/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.