Alimentation

13 septembre 2019 07:47; Act: 13.09.2019 10:43 Print

Nestlé vise un bilan carbone neutre d'ici 2050

Nestlé a décidé de se mettre au vert. La géant mondial de l'alimentation a annoncé jeudi vouloir afficher un bilan «zéro émission nette de gaz à effet de serre» en 2050.

storybild

Nestlé s'est engagé à rendre, d'ici 2025, 100% de ses emballages recyclables ou réutilisables. (photo: archive)

Sur ce sujet
Une faute?

Nestlé veut afficher un bilan «zéro émission nette de gaz à effet de serre» à l'horizon 2050. Cet engagement, annoncé jeudi, s'accompagne notamment de mesures de reforestation, du développement de plus d'aliments à base de plantes et de l'inauguration, le même jour à Lausanne, du nouvel Institut des sciences de l'emballage du groupe.

«Le changement climatique est une des plus grandes menaces pour la société. C'est aussi un des principaux risques pour notre industrie», déclare Mark Schneider, directeur général (CEO) de Nestlé, dans un communiqué. En téléconférence de presse, le responsable Opérations et membre de la direction générale, Magdi Batato, a précisé qu'il revenait au premier groupe mondial de l'alimentation de prendre sa part de responsabilité.

«Veggie burger»

«Il y a urgence pour éviter le pire», ont affirmé les dirigeants. Le groupe entreprend depuis quatre ans, relève-t-il, des mesures pour limiter le réchauffement à 2 degrés au maximum (d'ici 2100), tout en visant le but plus élevé de 1,5% de l'accord de Paris. En vue du Sommet action climat des Nations unies prévu le 23 septembre, Nestlé s'engage formellement à signer l'engagement «ambition d'entreprise pour 1,5 degré», précise le communiqué.

Les mesures, définies par un plan d'action qui sera affiné ces deux prochaines années, prévoient pour commencer le développement de produits ayant une «meilleure empreinte environnementale» et contribuant à un régime plus équilibré. Cela inclut davantage d'aliments à base végétale, comme le «veggie burger» récemment lancé, et plus d'options pour le consommateur dans les boissons.

«Plus efficace»

Cela ne signifie pas que Nestlé renonce à croître dans ses aliments traditionnels, «mais nous voulons offrir plus d'alternatives», a précisé M. Batato. Les produits à base de lait, grand classique du groupe, ne seront pas délaissés, mais il s'agira de rendre la production «plus efficace» dans une optique environnementale.

L'inauguration ce jeudi de l'Institut des sciences de l'emballage s'inscrit aussi dans cette optique. Comme annoncé en décembre, il est destiné à employer une cinquantaine de personnes et est dédié au développement de solutions d'emballages «fonctionnelles et respectueuses de l'environnement». Nestlé s'est engagé à rendre, d'ici 2025, 100% de ses emballages recyclables ou réutilisables. Il lui faut pour cela développer de nouveaux matériaux, comme des polymères recyclables, biodégradables ou compostables. Le nouveau centre comprend un complexe de laboratoires et d'installations de prototypage rapide.

«1,7 million de tonnes de plastique en 2018»

Les déchets d'emballages, en particulier des plastiques, constituent un problème majeur à l'échelle globale. Nestlé s'était fait «épingler» en avril dernier par Greenpeace, qui avait déployé devant le siège du groupe un dragon conçu à base d'emballages, dénonçant la production par le groupe de «1,7 million de tonnes de plastique en 2018» (13% sur un an).

Nestlé n'a pas chiffré ses investissements pour sa politique «zéro émission nette de gaz à effet de serre». Mais outre les nouveaux produits et l'agriculture (davantage d'engrais organiques, régénération des sols, reforestation, sensibilisation de toute la chaîne d'approvisionnement), la multinationale s'engage à utiliser 100% d'électricité renouvelable. Cela vaut aussi bien pour les fabriques, les bureaux ou les centres de logistique. Aujourd'hui déjà, un tiers des usines du groupe fonctionnent à l'électricité 100% renouvelable, précise l'entreprise.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nathielux le 14.09.2019 09:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D accord c’est trop tard. De plus il n’y pas que Nestle qui doit faire des efforts et tous les autres.......une goutte d’eau..... Il faut fortement diminuer cette aberration de « mondialisation » il est nécessaire de revenir aux productions locales, en plus cela créeraient beaucoup d emploi et surtout stop au plastique

  • isle le 14.09.2019 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « Il y a urgence pour éviter le pire » et ils font un plan sur ..... 30 ans ! On a pas la même notion de l’urgence chez apparement !!

  • Marcello le 13.09.2019 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    Annonce spectaculaire, intention très louable mais ils vont faire comment ? Rien que la production agricole consomme bcp de pétrole, sans parler du transport... Il faut aussi réduire sa propre consommation. Et réduire la consommation de tous; via des taxes ?

Les derniers commentaires

  • GoGoGo le 14.09.2019 10:38 Report dénoncer ce commentaire

    Même s'il très (trop ?) tard, il faut quand même essayer de survivre : quelle alternative ?

  • isle le 14.09.2019 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    « Il y a urgence pour éviter le pire » et ils font un plan sur ..... 30 ans ! On a pas la même notion de l’urgence chez apparement !!

  • Nathielux le 14.09.2019 09:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D accord c’est trop tard. De plus il n’y pas que Nestle qui doit faire des efforts et tous les autres.......une goutte d’eau..... Il faut fortement diminuer cette aberration de « mondialisation » il est nécessaire de revenir aux productions locales, en plus cela créeraient beaucoup d emploi et surtout stop au plastique

  • red taz le 13.09.2019 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    trop loin et trop tard

  • Marcello le 13.09.2019 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    Annonce spectaculaire, intention très louable mais ils vont faire comment ? Rien que la production agricole consomme bcp de pétrole, sans parler du transport... Il faut aussi réduire sa propre consommation. Et réduire la consommation de tous; via des taxes ?