Dépréciation

07 août 2021 12:46; Act: 07.08.2021 15:50 Print

«On jette les billets de banque, on les brûle»

Pour lutter contre l’inflation galopante, le gouvernement a annoncé que six zéros seraient enlevés à la monnaie locale dès le 1er octobre. Panique pour se débarrasser des bolivars.

storybild

Les bolivars ne valent plus rien. (photo: REUTERS)

Sur ce sujet
Une faute?

Sur son étal de légumes à Caracas, Marisela Lopez se demande avec désespoir ce qu’elle va bien pouvoir faire de ses vieux bolivars, ces billets de banque qui vont bientôt disparaître mais qu’utilisent fréquemment ses clients pour la payer. Au Venezuela, tous tentent de se débarrasser de leur argent liquide avant la suppression le 1er octobre, annoncée jeudi, de six zéros de la monnaie locale.

Elle sera remplacée par une nouvelle émission de billets en raison de l’hyperinflation que connaît le pays en crise, où l’économie s’est presque totalement dollarisée ces derniers mois. Beaucoup préfèrent encore acheter de la nourriture plutôt que de déposer leurs billets à la banque. «On doit tous vite se débarrasser de l’argent liquide car qu’est-ce qui se passera ensuite? Qu’est-ce qu’on va faire de ces billets?», se demande la vendeuse de 34 ans, inquiète de leur futur taux de change.

14 zéros en moins en 13 ans

L’inflation a atteint 400 000% en 2018, près de 10 000% en 2019 et 3 000% en 2020, entraînant une envolée des prix des biens de base et un repli vers le dollar américain, prisé par les citoyens et les entreprises de ce pays de 30 millions d’habitants. Les énormes sommes faciales des billets ne permettent pourtant d’acheter que quelques légumes ou un maigre morceau de viande.

La dernière fois que la banque centrale a émis de nouveaux billets, en mars, leur valeur faciale était de 200 000, 500 000 et un million de bolivars. Mais ces trois billets d’une valeur totale de 1,7 million de bolivars ne valaient qu’environ 60 cents (0,51 euro) au taux officiel. Aujourd’hui, ils n’en valent plus que 42 (0,36 euro).

Depuis que la rumeur de ce futur changement de cône monétaire est apparue il y a quinze jours, «les bolivars qu’on ne voyait plus ont commencé à ressortir», assure à l’AFP Carmen Ramirez, 48 ans, vendeuse dans une boucherie. «On n’utilisait plus les bolivars ici, que des devises étrangères», s’étonne-t-elle. Elle espère que le gouvernement «va cette fois atteindre son objectif et qu’il n’y aura pas de nouvelle dévaluation qui nous mènera au fond du gouffre».

«Ça ne vaut rien»
Avec la dépréciation du bolivar, de nombreux magasins et supermarchés, où les prix sont affichés en dollars, acceptent même des systèmes de paiement électronique de comptes bancaires à l’étranger. Marisela Lopez explique qu’elle facturait ses légumes pour moitié en devises étrangères et de l’autre par carte de débit, fréquemment utilisée pour effectuer des virements bancaires.

«Dans les rues, on voit même des billets de banque par terre, on jette des billets, on brûle des billets, on ne les respecte même plus, parfois je me dis "Regarde, ça ne vaut rien"», se désole-t-elle. Le gouvernement contrôle scrupuleusement le change des devises étrangères, ce qui a créé un marché noir parallèle. Et c’est le prix du dollar sur le marché parallèle qui est utilisé par les Vénézuéliens pour calculer le véritable taux de change. Et avec l’annonce de ce changement d’échelle monétaire, le dollar a encore augmenté.

«Ça ne résoudra pas l’inflation»

L’échec des précédentes mesures pour lutter contre l’hyperinflation -trois zéros avaient été supprimés en 2008 et cinq autres en 2018-, laisse de nombreux Vénézuéliens sceptiques face à cet effacement de six zéros. «Ils ont enlevé beaucoup de zéros (14 en 13 ans, ndlr) au bolivar et rien ne s’est amélioré», rappelle Armando Olivier, un vendeur de vêtements de 70 ans. «Quand ils ont commencé à enlever les zéros, nous pensions que la monnaie allait prendre de la valeur et que ce serait un bolivar fort. Mais c’était absurde car ça ne coïncidait pas avec la réalité», dit-il.

Pedro Salcedo, un agent de sécurité de 70 ans, n’avait lui même pas entendu parler du changement d’échelle. «Cela ne résoudra pas l’inflation», assure-t-il, faisant écho aux avertissements lancés par les économistes soulignant l’absence de plan économique pour accompagner la mesure monétaire. «Aujourd’hui, je n’ai pas pu faire toutes mes courses. Je suis venu acheter du poulet et du poisson et tout ce que j’ai, c’est du poulet. Je n’avais pas assez», se désole Pedro Salcedo, son sac de victuailles en tissu à moitié vide.

(L'essentiel/AFPE)