En Chine

30 août 2019 09:07; Act: 30.08.2019 11:22 Print

Pékin soupçonné de détournement de fonds

La Chine aurait utilisé des fonds de la Banque mondiale destinés à la minorité ouïghoure à d'autres fins. Cette minorité est persécutée par Pékin.

storybild

La Chine est dans le viseur de la Banque mondiale.

Sur ce sujet
Une faute?

La Banque mondiale a indiqué jeudi qu'elle allait passer en revue une nouvelle fois un prêt à la Chine destiné à la formation professionnelle de la minorité ouïghoure, persécutée par Pékin. Elle «n'a toutefois aucune indication» que ces fonds aient été utilisés pour autre chose que l'éducation.

La Chine est soupçonnée par des associations de défense des droits humains d'avoir interné jusqu'à un million de personnes, des Ouïghours et d'autres membres de minorités surtout musulmanes, dans des camps de rééducation. Mercredi, le magazine Foreign Policy a affirmé qu'une école ayant reçu des fonds dans le cadre du prêt de 50 millions de dollars de la Banque mondiale avait acheté «des barbelés, des lance-grenades lacrymogènes et des gilets pare-balles» pour 30 000 dollars. Il n'est toutefois «pas clair», selon le magazine, si ces achats ont été réalisés avec l'argent du programme ou d'autres financements.

La Banque affirme que les inspections semestrielles n'ont trouvé aucune preuve pour étayer ces affirmations. «Il n'y a aucune indication de ces missions que les ressources fournies par la Banque mondiale aient servi à autre chose que ce qui était convenu dans l'accord de financement du projet», a souligné la Banque mondiale dans un communiqué.

«Toutefois, sur la base de récentes affirmations, nous allons une nouvelle fois passer le dossier en revue sous la houlette d'experts divers (...) S'il faut agir, nous le ferons», ajoute l'institution de financement du développement.

Courrier américain

Une commission du Congrès américain a récemment envoyé un courrier au président de la Banque mondiale David Malpass, exprimant ses inquiétudes et ses interrogations sur l'utilisation de ces fonds.

Dans cette lettre, James McGovern, élu du Massachusetts et Marco Rubio, sénateur de Floride affirment «qu'un faisceau de preuves crédibles indique que des camps d'internement de masse sont des centres de contrôle social et d'endoctrinement politique».

«Dans ces camps, les autorités chinoises maltraitent et torturent les détenus tout en leur imposant du travail forcé et de renoncer à leur religion et leur culture», poursuivent les deux hommes.

Contre la radicalisation islamiste

Le prêt a été approuvé en 2015 pour financer des écoles de formation professionnelle pour améliorer le niveau de vie des minorités. Et la lettre des élus souligne qu'il a été approuvé avant le développement des camps d'internement au Xinjiang, où vit l'essentiel de la minorité ouïghoure.

Depuis une série d'attentats sanglants au Xinjiang attribués à des membres de la minorité turcophone des Ouïghours, le gouvernement chinois impose des mesures de sécurité draconiennes dans cette vaste région. La Chine est soupçonnée d'avoir interné dans le territoire jusqu'à un million de personnes dans des camps de rééducation. Pékin dément ce chiffre et parle de «centres de formation professionnelle» destinés à lutter contre la radicalisation islamiste.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.