ArcelorMittal

09 mai 2018 15:32; Act: 09.05.2018 16:49 Print

Pourquoi sacrifier Dudelange pour acquérir Ilva?

LUXEMBOURG - Trois jours après le feu vert de Bruxelles, ArcelorMittal a expliqué, mercredi, sa stratégie concernant l'acquisition du sidérurgiste italien Ilva.

storybild

Ilva est propriétaire de la plus grande aciérie d’Europe à Tarente, au sud de l’Italie. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Notre défi s'agissant d'Ilva est de stabiliser l'activité», a dit mercredi le directeur général d'ArcelorMittal Europe, Aditya Mittal, également directeur financier du groupe, lors de l'assemblée générale du groupe à Luxembourg. Le principal actif d'Ilva est le site géant de Tarente, dans les Pouilles (sud), confronté à de sérieux problèmes d'environnement. L'impact financier de l'opération sera «largement limité» pour le groupe, car le coût d'acquisition de 1,8 milliard d'euros sera étalé sur 5 ans, soit environ 340 millions d'euros par an, a estimé M. Mittal.

Outre ce montant, ArcelorMittal s'est engagé à investir 2,4 milliards d'euros pour moderniser Ilva, en particulier pour accélérer la dépollution de Tarente et moderniser les usines. Par ailleurs, ArcelorMittal prévoit de «continuer (son) désendettement» avec un objectif à terme d'une dette nette de 6 milliards de dollars, contre 10 milliards aujourd'hui, selon son directeur financier. Quant aux actifs européens que la Commission européenne a demandé à ArcelorMittal de céder pour autoriser le rachat d'Ilva, Aditya Mittal a indiqué que «tous (ces) actifs sont de bons actifs». Ces cessions n'auront «pas d'impact sur la stratégie d'Ilva», selon lui.

«Un bon environnement de marché»

L'acquisition d'Ilva «va aider nos opérations françaises», a-t-il aussi assuré, en mentionnant les sites de Fos-sur-Mer et Dunkerque. Le géant mondial de l'acier s'est engagé à céder ses sites européens de Piombino en Italie, Galati en Roumanie, Ostrava en République tchèque, Skopje en Macédoine, Dudelange au Luxembourg, et des activités à Liège en Belgique. Devant les actionnaires, le PDG du groupe, Lakhmi Mittal, a affirmé qu'ArcelorMittal était «dans un bon environnement de marché».

La décision des États-Unis d'instaurer des droits de 25% sur les importations d'acier est «clairement une bonne nouvelle pour nos activités américaines», a notamment dit M. Mittal. Quant à l'impact pour les activités brésiliennes d'ArcelorMittal, il a observé que ces mesures n'affectaient pas les exportations d'acier du Brésil vers les États-Unis, car le Brésil est «pour l'instant exempté» des tarifs. Pour d'autres pays, comme le Mexique, le Canada, et l'Europe, l'exemption provisoire a été prolongée jusqu'au 1er juin.

Approbation des actionnaires

Interrogé sur la situation de la Chine, M. Mittal a indiqué que sur les 4 premiers mois de l'année, les exportations d'acier sont «au même niveau que durant l'année 2017», soit environ 65 millions de tonnes en rythme annuel. M. Mittal a estimé que la Chine «doit fermer davantage de capacités». Plus généralement, «nous soutenons toutes les actions prises contre les pratiques commerciales déloyales», a-t-il ajouté.

Les actionnaires ont approuvé à une quasi unanimité l'ensemble des résolutions présentées, dont le renouvellement de deux administrateurs. ArcelorMittal réunira une nouvelle assemblée générale, extraordinaire, le 16 mai, pour se prononcer sur la proposition de changer la devise du capital social de la société de l'euro au dollar. Auparavant, le groupe sidérurgique publiera ce vendredi ses résultats du premier trimestre 2018.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Escada le 10.05.2018 06:58 Report dénoncer ce commentaire

    Chouette Mittal aura vraiment été un désastre pour le Luxembourg (merci qui?) merci au gouvernement

  • benjy le 10.05.2018 09:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mittal a repris les usines que le Luxembourg ne voulait plus , le gouvernement ne voulait pas gérer les plan sociaux ou les changements à opérer qui arrivaient .... , mittal à gérer les plan sociaux , à garder et moderniser 2 sites de prod , 1 centre logistique, 1 tréfilerie . La vente de dudelange apportera peu être un bon repreneur, il faut pas voir de négatif partout

  • Angelo51 le 10.05.2018 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un des gags du Luxembourg est de croire qu’il est intouchable et parfaitement à l’abri de la concurrence simplement parce que ici tout licenciement est considéré un crime de lèse-majestés. Allez, on se réveille ! Le travail à vie n’est plus de ce monde.

Les derniers commentaires

  • Low Rider le 11.05.2018 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ AlainS, lorsque les conditions de profit ne seront plus assez interessantes pour lui au Luxembourg, il le quittera sans état d'âme, comme il le fait en France et ailleurs.. sans se soucier des travailleurs comme vous dites. Avez vous un intérêt à le porter sur un plateau comme vous le faites ??

  • Jean Legros le 11.05.2018 08:14 Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg est à vendre ??

  • AlainS le 11.05.2018 06:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si on avaient pas eut Mittal, l’aciérie n’existerai plus à Luxembourg! Depuis sa reprise en 2007 l’action n’a fait que chuter! Lui il fait de son mieux pour continuer et donner aussi du pain aux travailleurs ! Alors arrêtez de le critiquer, c’est Bruxelles qui demande des sacrifices ! Allez vous plaindre à la Commission Européenne !

  • Angelo51 le 10.05.2018 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un des gags du Luxembourg est de croire qu’il est intouchable et parfaitement à l’abri de la concurrence simplement parce que ici tout licenciement est considéré un crime de lèse-majestés. Allez, on se réveille ! Le travail à vie n’est plus de ce monde.

  • Anonyme le 10.05.2018 13:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Benjy: vous faites un doux rêve...au moins la moitié des employés vont se retrouver sur le carreaux...que Mittal paie ces gens jusqu'à la retraite avec les cadeaux fiscaux qu'il a reçu

    • Realiste le 11.05.2018 10:02 Report dénoncer ce commentaire

      Et aussi prennent en charge les etudes de leurs enfants, le nouveau monospace et paye à chacun une rente à vie pour les 28 prochaines generations de chaque employé. Ce serait vraiment le minimum si ils vendent quelque chose qui leur appartient...