En Allemagne

10 septembre 2019 07:41; Act: 10.09.2019 11:11 Print

Quand l'automobile tousse, l'économie s'enrhume

Plusieurs branches accusent l'automobile de plomber leurs résultats trimestriels, nourrissant les inquiétudes sur une possible récession de la première économie européenne.

storybild

Le secteur automobile allemand fait désormais figure de talon d'Achille, vulnérable aux conflits commerciaux et mal préparé pour l'avenir, au risque d'un lourd bilan social. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Pilier de l'industrie allemande depuis des décennies, le secteur automobile fait désormais figure de talon d'Achille, vulnérable aux conflits commerciaux et mal préparé pour l'avenir, au risque d'un lourd bilan social. La santé du secteur automobile «évolue moins bien que prévu», note Marc Förstermann, expert du cabinet EY, à l'entame du salon automobile de Francfort. «Les défis technologiques et structurels sont énormes». Sur les huit premiers mois de l'année, la production automobile a reculé de 11% sur un an, selon les chiffres de la Fédération des constructeurs allemands, VDA.

En cause: guerre commerciale, ralentissement conjoncturel et incertitudes autour du Brexit, à un moment où les constructeurs doivent massivement investir dans l'électrique. «L'effet sur les fournisseurs est très grand, on commence a voir des surcapacités», explique à l'AFP Stefan Bratzel, directeur du Center of Automotive Management. Exemple récent, l'entreprise familiale Eisenmann, fondée en 1951 et spécialisée dans les machines de laquage de voitures, a annoncé fin juillet son insolvabilité, menaçant quelque 3 000 emplois. Au deuxième trimestre, le bénéfice opérationnel des trois constructeurs allemands a reculé de 38%, bien plus que la moyenne mondiale du secteur (-18%), selon EY.

Le dieselgate, premier coup dur

Le secteur auto représente un cinquième de l'industrie, près de 5% du PIB et directement plus de 800 000 emplois. Mais indirectement, de la chimie aux machines-outils, plusieurs branches accusent aussi l'automobile de plomber leurs résultats trimestriels, nourrissant les inquiétudes sur une possible récession de la première économie européenne. Au total, «les commandes industrielles ont, en moyenne, reculé de 1% chaque mois depuis le début de l'année», calcule Carsten Brzeski, économiste chez ING. Parmi les plus touchés: le «Mittelstand», ce réseau dense de petites et moyennes entreprises très exportatrices, «champions cachés» considérés depuis une dizaine d'années comme la clé du succès allemand.

Le baromètre de confiance des entrepreneurs du Mittelstand est passé en août en terrain négatif pour la première fois depuis plus de quatre ans, selon un sondage de la banque KfW et de l'institut Ifo; et plusieurs de ces entreprises ont récemment annoncé des suppressions d'emplois ou des fermetures d'usines. Mais leur inquiétude est loin de se limiter au ralentissement conjoncturel. Bien avant les menaces protectionnistes de Washington, Volkswagen a infligé en 2015 un premier coup dur au secteur, en avouant avoir équipé 11 millions de voitures diesel de logiciels capables de truquer les niveaux d'émissions. Depuis, le diesel perd en popularité là où il a été inventé: menacé par des interdictions de circulation dans plusieurs villes, il est remplacé par l'essence et, de plus en plus, l'électrique - un moteur bien plus simple à construire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • alex le 10.09.2019 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Comme les banques, la confiance dans un constructeur d'automobiles se perde rapidement en cas de tromperies, VW paye maintenant pour ça, c'est la 2eme fois après le scandale ADAC ou VW était toujours favorisé...

  • Rock Feller le 10.09.2019 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    dans 20 ans on ne fabriquera plus aucune voiture en Europe

Les derniers commentaires

  • Rock Feller le 10.09.2019 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    dans 20 ans on ne fabriquera plus aucune voiture en Europe

  • alex le 10.09.2019 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Comme les banques, la confiance dans un constructeur d'automobiles se perde rapidement en cas de tromperies, VW paye maintenant pour ça, c'est la 2eme fois après le scandale ADAC ou VW était toujours favorisé...

    • Eh oui le 10.09.2019 13:01 Report dénoncer ce commentaire

      Les clients ne sont pas scandalisés quand une voiture est moins propre que prévu. Ce qui les scandaliserait, ce serait d'apprendre que la voiture de 350 cv n'en a en fin de compte que 330.