Transport aérien

05 avril 2018 09:12; Act: 05.04.2018 13:03 Print

Réchauffement oblige, l'avion se met au vert

Le transport aérien amorce à son tour le virage de la propulsion électrique dans l'espoir de réduire l'empreinte climatique tout en absorbant l'envol attendu du trafic.

storybild

Jeune pousse soutenue par l'américain Boeing, Zunum Aero compte quant à elle commercialiser un avion électrique hybride de douze places, à compter de 2022.

Sur ce sujet

«Nombreux sont ceux qui disent qu'on doit se débarrasser du transport aérien parce qu'on n'arrivera jamais à traiter les émissions et le bruit. Mais c'est une approche dépassée», assurait le ministre norvégien des Transports, Ketil Solvik-Olsen, lors d'une récente conférence sur l'aviation à Oslo. Plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, la Norvège est aussi pionnière de la mobilité électrique: l'ambition est que toutes les nouvelles immatriculations soient des véhicules zéro émission dès 2025 et le premier ferry électrique y navigue depuis 2015. Après la terre et l'eau, le royaume nordique se tourne maintenant vers le ciel avec l'objectif d'électrifier tous les vols court-courrier d'ici à peine plus de 20 ans.

«Dans mon esprit, cela ne fait aucun doute: d'ici 2040, la Norvège fonctionnera au tout-électrique», affirme Dag Falk-Petersen, chef d'Avinor, l'opérateur des aéroports publics du pays. À l'échelle globale, on estime généralement à environ 5% la contribution du transport aérien au réchauffement climatique via ses émissions de CO2 et d'autres substances (oxydes d'azote, vapeur d'eau). Une part qui risque fortement d'augmenter si rien n'est fait, d'autant que le nombre de passagers va presque doubler d'ici 2036 pour atteindre 7,8 milliards de voyageurs, selon les projections de l'Association du transport aérien international (IATA).

Le plus gros défi: le stockage de l'électricité

Face à cette urgence climatique, l'industrie aérienne s'est engagée à réduire de moitié en 2050 ses émissions de CO2 par rapport au niveau de 2005. Si le Réseau action climat (RAC) balaie des objectifs «intenables», l'électrification commence à séduire les compagnies aériennes. Assurant des navettes dans le Grand Nord de la Norvège, le petit transporteur régional Widerøe espère ainsi renouveler sa flotte de bimoteurs Dash 8 avec des appareils à propulsion électrique à l'horizon 2030. «Les avionneurs voient qu'ils doivent s'y mettre parce qu'autrement, il y aura un nouveau Tesla qui prendra leur place», fait valoir M. Falk-Petersen, dans une allusion au fabricant américain de voitures électriques qui a bousculé l'industrie automobile traditionnelle.

En partenariat avec le motoriste Rolls-Royce et le géant allemand Siemens, l'européen Airbus planche sur l'E-Fan X, un démonstrateur électrique hybride qui devrait s'envoler en 2020. «L'un des plus gros défis est le stockage de l'électricité mais la technologie des batteries est probablement celle qui attire le plus d'investissements au monde. Alors, ça va évoluer», explique Glenn Llewellyn, directeur d'Airbus Électrification.

Réduction des nuisances sonores

Jeune pousse soutenue par l'américain Boeing, Zunum Aero compte quant à elle commercialiser un avion électrique hybride de douze places à compter de 2022, avant de voir plus grand par la suite. «Le prix que nous visons est à peu près le même que celui des avions d'aujourd'hui mais ses coûts d'exploitation n'en seront qu'une portion congrue: ce sera littéralement 60 à 70% moins qu'un appareil équivalent volant actuellement», dit Matt Knapp, le dirigeant fondateur de la start-up.

Le passage à l'électrique promet donc d'être bon pour les affaires, d'autant que le statu quo, souligne Avinor, pourrait à terme pénaliser un transport aérien devenu cancre climatique sous forme de restrictions réglementaires, de taxes et de dégradation de la réputation commerciale. Ce mode de propulsion entraînera en outre une très nette réduction des nuisances sonores, permettant d'envisager des opérations tout près des villes, potentiellement 24 heures sur 24 heures, et sur des pistes courtes grâce à son moindre temps d'accélération. «Il y a encore beaucoup de questions à régler: les conditions glaciales, les vents forts...», estime Stein Nilsen, le patron de Widerøe. «Mais si on y arrive ici en Norvège, je suis certain que cet appareil pourra faire face à n'importe quelles conditions n'importe où dans le monde».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Faux écolos le 05.04.2018 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois pas en quoi le tout électrique ne serait pas polluant aussi. Ok pour l'électricité faite à partir de l'éolien ou l'hydraulique, mais les batteries des véhicules (et c'est bien de cela qu'il est question ici) sont très polluantes, que ce soit à produire et à recycler. Et si la recharge se fait via des centrales à charbon, je vois pas trop le gain non plus. On remplace une pollution par une autre, il y a encore beaucoup de boulot !

  • Sagga le 05.04.2018 10:47 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait tout simplement arrêter tous les vols qui ne servent á rien.. comme les touristes par ex. Avion électrique.. je n'y crois pas. Rapport Poids/puissance/autonomie quasi nulle..

  • Toro Rosso le 05.04.2018 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense bien que beaucoup de personnes ne savent même pas que pour produire voir même recycler une batterie est bien beaucoup plus polluant qu'un moteur a essence!!

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 07.04.2018 16:52 Report dénoncer ce commentaire

    Si on les équipe de réacteurs nucléaires... ça pourrait marcher.

  • jeanm le 05.04.2018 17:44 Report dénoncer ce commentaire

    Mr Schneider va être contant. Le luxembourg devra constuire une centrale pour produire tout l'électricité.

  • Toro Rosso le 05.04.2018 13:07 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense bien que beaucoup de personnes ne savent même pas que pour produire voir même recycler une batterie est bien beaucoup plus polluant qu'un moteur a essence!!

  • Grand Maître le 05.04.2018 12:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Effet d'annonce.

  • taz red le 05.04.2018 11:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et les bateau cargo alors n'en parlons pas....

    • jean m le 05.04.2018 17:41 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pire que les voitures .