Transport aérien

04 novembre 2019 09:43; Act: 04.11.2019 09:52 Print

Ryanair affecté par la concurrence en Europe

Les marges de la compagnie aérienne Ryanair ont été amputées par la baisse des tarifs. Les incertitudes liées au Brexit ont aussi pesé.

storybild

Ryanair a transporté des dizaines de millions de passagers.

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe aérien irlandais Ryanair a vu son bénéfice net rester stable au premier semestre, affecté par la baisse des prix des billets sous l'effet d'une demande morose au Royaume-Uni et de la vive concurrence en Europe. Le bénéfice net a atteint 1,15 milliard d'euros au cours de la période qui s'étend d'avril à septembre, selon un communiqué publié lundi par le transporteur à bas coût.

Le groupe, qui regroupe désormais quatre compagnies, à savoir l'irlandaise Ryanair DAC, l'autrichienne Lauda, la maltaise Malta Air et la polonaise Buzz, a souffert d'une baisse des tarifs de 5% sur la période, ce qui a pesé sur ses marges, en dépit d'une activité commerciale en hausse.

Ryanair met ce recul des prix des vols sur le compte d'une demande en baisse au Royaume-Uni, où les incertitudes économiques et politiques du Brexit peuvent entretenir la prudence des voyageurs, ainsi que d'une concurrence féroce en Allemagne et en Autriche, des marchés clés en Europe.

Prudence pour les mois à venir

Malgré tout, le groupe a transporté 11% de passagers en plus, avec un total de près de 86 millions, pour un chiffre d'affaires également en hausse de 11% à 5,39 milliards d'euros. En dehors du contexte britannique et de la concurrence européenne, Ryanair a été pénalisé par un bond de 22% de sa facture de carburants en raison d'une hausse des cours.

Quant à ses coûts, ils ont grimpé du fait notamment de hausses de salaires accordés à ses pilotes. Pour le reste de l'année, Ryanair reste «prudent» sur ses perspectives, indiquant ne pas partager l'optimisme affiché par certains de ses concurrents. Il prévoit notamment une perte plus élevée que prévu chez Lauda, qui est en première ligne d'un marché défavorable en Allemagne et en Autriche.

Des centaines d'emplois menacés

Mais il espère toutefois que l'hiver sera un peu moins difficile que l'an dernier en termes de prix des billets et resserre ainsi sa prévision de profit annuel, attendu entre 800 et 900 millions d'euros, contre une fourchette de 750 à 950 millions auparavant, ce qui marquera un léger recul par rapport au bénéfice net de 1 milliard d'euros enregistré en 2018/2019.

Ryanair n'a enfin pas donné de détails sur les suppressions d'emplois de pilotes et personnels de cabine qu'il prévoit cet hiver en raison des reports de livraison du Boeing 737 Max, dont la flotte est clouée au sol. Ces retards vont entraîner la fermeture de bases du transporteur, qui n'a pas donné plus de précision, faisant craindre la perte d'environ 900 emplois. Ryanair précise continuer à travailler avec ses salariés et les syndicats pour «finaliser le processus».

(L'essentiel/afp)