Transaction historique

13 octobre 2015 08:26; Act: 13.10.2015 11:57 Print

SABMiller accepte de se faire acheter par AB InBev

Pour 96 milliards d'euros, le numéro deux mondial de la bière, SABMiller, a annoncé mardi avoir accepté de se faire acheter par le numéro un du secteur, le belgo-brésilien AB InBev.

storybild

Cette transaction marie les marques Budweiser, Stella Artois, Peroni, Pilsner Urquell et Grolsch. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le britannique SABMiller a indiqué mardi que son conseil d'administration était parvenu à un accord avec celui d'AB InBev, qui possède Diekirch et Mousel au Luxembourg. AB InBev va racheter chaque action SABMiller pour 44 livres sterling, ce qui valorise la capitalisation boursière de SABMiller à hauteur de 71,2 milliards de livres (96 milliards d'euros). En ajoutant la dette de SABMiller, cette offre en numéraire valorise même le groupe autour de 80 milliards de livres (108 milliards d'euros).

Si la transaction va au bout, elle mariera les marques de bière américaine Budweiser et belge Stella Artois - propriétés de AB InBev - avec les italienne Peroni, tchèque Pilsner Urquell et néerlandaise Grolsch de SABMiller. L'acquisition de SABMiller permet entre autres à AB InBev de s'ouvrir en grand la porte de l'Afrique, où sa cible est bien présente, et notamment celle de l'Afrique du Sud, berceau de SABMiller où il est né il y a 120 ans.

Offre plus importante que prévue

Le conseil d'administration de SABMiller a souligné que cette offre, que AB InBev a dû relever quatre fois pour obtenir l'accord de sa cible, représentait une prime de 50% par rapport au cours de l'action SABMiller à la clôture du 14 septembre, la veille du jour où les spéculations sont fortement montées sur le marché à propos d'une éventuelle transaction.

L'accord conclu entre les directions des deux groupes prévoit une offre alternative à la proposition en cash, portant sur un maximum de 41% du total des actions de SABMiller. Les actionnaires du groupe britannique qui choisiraient cette alternative se verraient remettre environ 0,48 action d'AB InBev plus 3,78 livres en numéraire pour chacune de leur action SABMiller.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.