Dette italienne/UE

01 juin 2019 18:09; Act: 01.06.2019 18:12 Print

Salvini promet d'être «le plus têtu» face à Bruxelles

Le vice-Premier ministre italien a promis samedi de ne pas céder dans le bras de fer budgétaire l'opposant à Bruxelles, qui s'inquiète de l'état des finances publiques du pays.

storybild

«Je dirai à Bruxelles la semaine prochaine: "Laissez-nous faire ce que demandent les Italiens: moins de taxes et plus d'emplois"», a lancé Matteo Salvini. (photo: AFP/Miguel Medina)

Sur ce sujet
Une faute?

Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini a promis samedi de ne pas céder et d'être «le plus têtu» dans le bras de fer budgétaire l'opposant à Bruxelles qui s'inquiète de la détérioration des finances publiques du pays et menace d'engager des sanctions.

«Je dirai à Bruxelles la semaine prochaine: "Laissez-nous faire ce que demandent les Italiens: moins de taxes et plus d'emplois"», a lancé Matteo Salvini lors d'un rassemblement politique. «Et s'ils disent "non", nous verrons bien qui est le plus obstiné», a ajouté l'homme fort de la politique italienne, chef de la Ligue (extrême droite). «Le gouvernement élabore un programme d'ensemble pour revoir les dépenses actuelles», a assuré vendredi le ministre italien de l'Economie, Giovanni Tria, en direction de Bruxelles qui a demandé des éclaircissements sur les finances publiques italiennes.

Rome procédera également à un passage en revue de ses recettes, notamment fiscales, a ajouté Giovanni Tria. Bruxelles a mis en garde cette semaine l'Italie devant l'évolution de la dette publique qui a atteint 132,2% du PIB en 2018, bien au-delà du seuil de 60% fixé par les règles européennes. Bruxelles s'est inquiété aussi du déficit structurel italien. Cette inquiétude européenne a exaspéré Rome qui risque désormais l'ouverture d'une «procédure pour déficit excessif» et qui pourrait aboutir à terme à des sanctions allant jusqu'à 0,2% du PIB, soit environ 3 milliards d'euros pour l'Italie.

(L'essentiel/afp)