Entreprise de voyage

12 août 2019 09:22; Act: 12.08.2019 11:59 Print

Thomas Cook attend une injection de capital

Le voyagiste britannique, en difficulté, espère récupérer 150 millions de livres sterling, en plus des 750 millions attendus. Des discussions sont avancées avec un groupe chinois.

storybild

Le groupe Thomas Cook connaît une période difficile. (photo: AFP/Tolga Akmen)

Sur ce sujet
Une faute?

Le voyagiste britannique en difficulté Thomas Cook a annoncé lundi qu'il espérait une injection de 150 millions de livres supplémentaires de ses créanciers, en plus des 750 millions attendus début octobre dans le cadre de sa prise de contrôle par le chinois Fosun. Thomas Cook avait annoncé le 12 juillet qu'il était en discussions avancées avec son principal actionnaire le chinois Fosun (17% du capital) et avec ses banques pour être recapitalisé. En échange, Fosun doit prendre une majorité de contrôle dans son activité centrale de tour-opérateur et une part minoritaire substantielle dans sa compagnie aérienne.

Lundi, le voyagiste a souligné qu'il avait depuis «réalisé des progrès importants pour finaliser les termes de cette recapitalisation» avec Fosun et ses créanciers. Il a précisé qu'il espérait pouvoir mettre en place «au début octobre» cette réorganisation, qui comprend le versement de 750 millions de livres de liquidités pour lui permettre de continuer à fonctionner (805 millions d'euros). Thomas Cook a ajouté toutefois que ces discussions avec ses créanciers portaient désormais aussi sur «l'injection d'un capital supplémentaire d'environ 150 millions de livres, qui soulagera la trésorerie pour la saison hivernale 2019/2020 qui rapporte habituellement moins de recettes».

Spécialiste des vacances clés en main, le voyagiste né il y a 178 ans connaît des difficultés financières à cause de la concurrence des voyagistes en ligne et d'un environnement économique incertain, notamment au Royaume-Uni où le Brexit tarde à se dessiner. Thomas Cook a rappelé lundi que l'ensemble de l'opération de recapitalisation allait permettre à ses créanciers de récupérer leurs prêts sous forme d'actions, le groupe étant lourdement endetté tant auprès des banques (650 millions de livres) que sur le marché obligataire (1,15 milliard de livres).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.