Réseaux sociaux

15 septembre 2020 07:23; Act: 15.09.2020 10:41 Print

TikTok voit une lueur d’espoir avec Oracle

Washington va se pencher sur un éventuel partenariat entre le groupe chinois et la société américaine. Ce partenariat «pourrait résoudre les problèmes de sécurité».

storybild

Image d’illustration. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement américain va étudier cette semaine une «proposition» transmise par le groupe chinois Byte Dance, incluant la société américaine Oracle, pour tenter de résoudre le différend sur la plateforme à succès TikTok dont les activités américaines sont sous la menace d’une fermeture imminente.

«Nous avons reçu une proposition au cours du week-end qui inclut Oracle comme partenaire technologique de confiance, avec de nombreuses recommandations en matière de sécurité nationale», a affirmé lundi sur la chaîne CNBC le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. Le ministre de Donald Trump n’a pas précisé sous quelle forme le partenariat pourrait se faire entre le groupe chinois et le californien Oracle, spécialisé dans les logiciels et services à destination des entreprises.

De son côté, une porte-parole de TikTok a indiqué que cette proposition «pourrait résoudre les problèmes de sécurité» redoutés par l’administration Trump. «Cette proposition nous permettrait de continuer à soutenir notre communauté de 100 millions de personnes aux États-Unis qui aiment TikTok (…) ainsi que les centaines de milliers de propriétaires et de créateurs de petites entreprises qui comptent sur TikTok pour développer leurs moyens de subsistance», a-t-elle ajouté.

Un «partenariat technologique privilégié»

Plus tôt, Oracle avait confirmé de son côté dans un communiqué, que sa proposition faisait partie de celle «soumise par ByteDance (maison mère de TikTok) au département du Trésor au cours du week-end». Pour l’heure, aucun détail sur la nature de cette proposition n’a été officiellement dévoilé.

Une source proche du dossier a toutefois indiqué au «Wall Street Journal» que l’accord ne sera «probablement pas structuré comme une vente pure et simple» tandis que certains médias, citant des sources chinoises, évoquaient lundi un «partenariat technologique privilégié» et non pas une vente des activités américaines de TikTok. CNBC a aussi évoqué la possibilité qu’Oracle prenne une participation minoritaire au capital de TikTok.

Donald Trump avait exigé par décret une vente des opérations. Reste donc à savoir si un partenariat pourrait satisfaire l’hôte de la Maison-Blanche. Le temps presse puisque la date butoir a été fixée au 20 septembre, soit dimanche, a précisé Steven Mnuchin. Le président américain, qui accuse TikTok d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois, avait, lui, évoqué mardi comme échéance. TikTok, qui a toujours rejeté de telles accusations, avait porté plainte cet été contre le gouvernement américain.

«Sécurité nationale»

La proposition d’Oracle sera examinée «cette semaine au comité Cfius», qui passe en revue les investissements étrangers aux États-Unis, a précisé Steven Mnuchin. «Puis nous ferons une recommandation au président et l’examinerons avec lui», a-t-il ajouté. Steven Mnuchin s’est refusé à «entrer dans les détails de la négociation», martelant que la condition sine qua non était la préservation de la sécurité nationale. L’administration Trump va s’assurer «que la technologie sur les téléphones américains est sûre», a-t-il poursuivi, évoquant «une grande confiance en Microsoft et Oracle».

Pour Carl Tobias, professeur de droit à l’Université de Richmond, «il est difficile de savoir ce qu’Oracle veut dire en affirmant vouloir servir de fournisseur technologique de confiance de Tiktok.» «Cette notion est cruciale car l’une des raisons principales des décrets de Trump venait des inquiétudes au sujet de la menace que fait peser TikTok sur la sécurité nationale», ajoute Carl Tobias, qui se demande si l’accord sera suffisant pour empêcher l’interdiction de la plateforme aux États-Unis.

Microsoft hors course

À Wall Street, le titre d’Oracle a terminé en hausse de 4,32%. Sa cotation avait été suspendue peu après l’ouverture. Microsoft avait fait part dès début août de son intérêt pour le rachat des opérations américaines de TikTok. Le groupe de supermarchés Walmart s’était allié avec lui dans ces négociations avant que l’opération ne soit rejetée dimanche par ByteDance.

De son côté, le ministère chinois du Commerce avait allumé un contre-feu en amendant -- pour la première fois depuis 2008 -- sa liste des technologies soumises à des restrictions ou interdictions d’exportation. Celle-ci comprend désormais, entre autres, des technologies d’intelligence artificielle (traitement des données, recommandation de contenus, etc.) qui ont fait le succès de l’application TikTok, où les vidéos s’affichent sur l’écran des utilisateurs principalement en fonction de leurs goûts, et beaucoup moins de leurs contacts. ByteDance avait dans la foulée fait savoir qu’il «respecterait strictement» les nouvelles règles de Pékin, c’est-à-dire l’obtention d’une licence d’exportation auprès des autorités.

En plus d’être un enjeu diplomatique, le sort de TikTok aux États-Unis pose des questions de taille au niveau économique et sociétal. En août, l’application, plébiscitée par les adolescents, a dépassé les 2 milliards de téléchargements dans le monde et revendique une présence dans plus de 200 pays.

(L'essentiel/AFP/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.