Aviation - Boeing

24 septembre 2019 08:12; Act: 24.09.2019 10:21 Print

Toujours aucune date pour le retour du 737 MAX

La levée de l'interdiction de vol du Boeing 737 MAX, cloué au sol depuis six mois, se fera pays par pays, a annoncé le régulateur américain, lundi.

storybild

Le Boeing 737 MAX a été immobilisé au sol, suite à deux accidents ayant fait 346 morts.

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de six mois après l'immobilisation au sol du Boeing 737 MAX, suite à deux accidents ayant fait 346 morts, il n'y a toujours pas de date pour son retour dans le ciel, a indiqué lundi l'agence fédérale de l'aviation (FAA), le régulateur aérien américain. Steve Dickson, le nouveau chef de la FAA, a en outre indiqué que la levée de l'interdiction de vol se fera pays par pays, semblant ainsi prendre acte des divergences existant entre les autorités de l'aviation civile mondiales. Il a par ailleurs confirmé à ses pairs, réunis à Montréal, qu'il envisageait de voler lui-même dans le 737 MAX modifié avant que celui-ci ne retourne dans le ciel américain, selon le texte de son discours transmis à l'AFP.

«La FAA continue à suivre un processus minutieux, et non un calendrier imposé, pour remettre en service l'appareil», a déclaré M. Dickson. Il a ajouté que le régulateur continue à examiner les changements apportés par Boeing au logiciel MCAS, le système antidécrochage spécialement conçu pour le MAX et mis en cause, par des enquêtes préliminaires, dans les accidents d'Ethiopian Airlines du 10 mars dernier et de Lion Air du 29 octobre 2018. «Notre priorité est la sécurité, et (par conséquent) nous n'avons pas arrêté de calendrier pour savoir quand notre inspection sera terminée», a-t-il insisté.

Un record pour un nouveau modèle

Le 737 MAX est cloué au sol depuis plus de six mois, un record pour un nouveau modèle. Par comparaison, le Boeing 787 était resté absent des airs pendant trois mois en 2013 après des problèmes de départ de feu lié aux batteries. La FAA a par ailleurs reconnu lundi que les dissensions avec les autres régulateurs, notamment les Européens et les Canadiens, n'allaient pas permettre au 737 MAX modifié de revenir dans le ciel mondial de manière simultanée. «Chaque gouvernement prendra sa propre décision sur le retour en service de l'appareil, fondée sur un examen approfondi sur sa sécurité», a déclaré le régulateur, dont la proximité avec Boeing est dénoncée de toutes parts depuis plusieurs mois.

Il lui est reproché notamment d'avoir été la dernière autorité à clouer l'avion au sol et d'avoir confié à Boeing l'homologation des systèmes importants du 737 MAX, dont le MCAS. Les autorités indonésiennes estiment, dans les conclusions préliminaires d'un rapport, que des problèmes dans la conception du 737 MAX et dans sa supervision ont joué un rôle important dans le crash de l'appareil de Lion Air au large de l'Indonésie en 2018, selon le Wall Street Journal. Un panel de régulateurs internationaux, mis en place par la FAA, devrait par ailleurs remettre dans les prochaines semaines un rapport très critique sur les relations entre Boeing et l'autorité.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mike Henricks le 24.09.2019 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    On ne peut plus faire confiance à cette compagnie. Elle ferait mieux de cesser son activité.

Les derniers commentaires

  • Mike Henricks le 24.09.2019 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    On ne peut plus faire confiance à cette compagnie. Elle ferait mieux de cesser son activité.