Craintes

19 juillet 2021 08:47; Act: 19.07.2021 11:27 Print

Tourisme spatial et explosion de... la pollution

À l'heure du changement climatique, des questions émergent sur l'empreinte carbone du tourisme spatial, activité qui pourrait décoller rapidement.

storybild

La société de Richard Branson, Virgin Galactic, ambitionne à terme de mener 400 vols par an. Avec quel impact sur la planète? (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Vivre l'extase de l'apesanteur, avec vue sur la Terre et sans penser à son avenir: le tourisme spatial compte encore pour quantité négligeable en matière de pollution. Mais à l'heure du changement climatique, des questions émergent sur l'empreinte carbone de cette activité qui pourrait décoller rapidement. Le 11 juillet, le milliardaire britannique Richard Branson s'envolait avec succès pour quelques minutes à la frontière de l'espace. Mardi, ce sera au tour de Jeff Bezos, l'homme le plus riche du monde, d'aller visiter le grand vide avec sa capsule Blue Origin.

Ces vols privés «suborbitaux» constituent sans doute un tournant dans l'avènement du tourisme spatial: la société de Richard Branson, Virgin Galactic, a déjà vendu 600 billets, entre 200 et 250 000 dollars, et ambitionne à terme de mener 400 vols par an. Avec quel impact sur la planète? Difficile à évaluer, tant ce hobby pour ultra-riches reste ultra-marginal, encore loin des radars des défenseurs de l'environnement. Mais le problème se posera si ce tourisme devient massif.

Comme un vol Londres-New York en avion

«Si on voulait envoyer demain 50 000 touristes par an dans l'espace, il y aurait un vrai sujet environnemental», déclarait vendredi le PDG du Cnes (l'agence spatiale française), Philippe Baptiste, sur une radio française. Un «frémissement de discours critique, étouffé jusqu'ici par l'enthousiasme des débuts, commence à monter», relève Arnaud Saint-Martin, un sociologue français des sciences. «À l'heure du changement climatique, ça n'est clairement pas le moment de lancer une activité qui va accroître certaines émissions», ajoute la chercheuse finlandaise Annette Toivonen, auteure de «Tourisme spatial durable».

Le scientifique américain Martin Ross, qui a comparé les technologies des deux milliardaires, a montré que le véhicule de Jeff Bezos utilise un mélange d'hydrogène et d'oxygène, considéré comme moins polluant. Le vaisseau de Richard Branson apparaît en revanche particulièrement polluant, car sa technique de propulsion à carburant solide produit du CO2 (principal responsable du changement climatique) et crache des suies en traversant la stratosphère.

«C'est comme si vous brûliez un pneu» dans une zone de l'atmosphère où l'air, moins dense, se recycle moins vite, relève Christophe Bonnal, de la direction des lanceurs du CNES. Virgin Galactic a assuré être «engagé dans une démarche visant à réduire l'impact sur l'environnement, en vue d'un développement durable» de son activité. Et indique que l'empreinte carbone d'un de ses vols «équivalait à celle d'un voyage individuel en classe affaires à bord d'un vol Londres-New York» en avion.

Manèges de luxe pour très riches

Les émanations restent effectivement modestes «si on les compare aux 915 millions de tonnes de CO2 émises en 2019 par les 4,5 milliards de passagers des vols commerciaux», relevaient plusieurs scientifiques français, sur le site The Conversation en septembre 2020. Mais les virées suborbitales de Virgin Galactic représentent tout de même «4,5 tonnes de CO2 par passager», soit «deux fois l’émission individuelle annuelle permettant, selon le Giec (groupe d'experts climat de l'ONU, NDLR), de respecter l'objectif du +2 °C de l'accord de Paris» de 2015, selon ces scientifiques.

A ces questions écologiques, se greffent des considérations morales et politiques, qui fustigent des «manèges de luxe» pour très riches en quête de sensations. «Dans un contexte d'urgence climatique et de pandémie --où des modèles de développement plus sobres sont discutés, notamment l'avion vert--, on peut se demander si ces voyages ne sont pas un besoin superfétatoire», avance Arnaud Saint-Martin du CNRS.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JeanAiMarre le 19.07.2021 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils se foutent largement de la pollution, tant qu’ils ont leur 1/4 d’heure de plaisir dans leur misérable vie de riches …

  • madmed le 19.07.2021 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'adore le spécialiste qui compare ça avec les vols actuels...mais comparons avec tout ce que vous voulez. ce tourisme est juste inutile et surfait...ou est l'intérêt de voler qqs secondes à 100km de hauteur...idiocraty

  • Full-Ice le 19.07.2021 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme on le sait tous, se sont seulement les voitures qui polluent !! En réalité ce n’est pas une histoire de pollution, mais seulement d’argent. Dans quelques années on passera des batteries électriques à autre chose, car on sera traité de pollueur avec nos belles voitures électriques.

Les derniers commentaires

  • Joué de la Haarp le 20.07.2021 15:07 Report dénoncer ce commentaire

    J’ai lu un article très intéressant sur les moyens qu’on les états aujourd’hui de changer le climat. Et cela existe depuis les années 50 . Donc aujourd’hui ça doit être bien développé. Il existe un programme secret Haarp en Antarctique qui serait capable de déclencher des ouragans des tremblements de terre et des sécheresse. De là à imaginer de punir des gouvernements récalcitrants ou pousser le narratif d’un changement climatique avec ces techniques ultra-sophistiquée il n’y a qu’un pas. Aie ça y est je suis complotiste

  • pipi violon le 20.07.2021 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    et les croisièristes on en parle avec leurs villes flottante au carburant dégueulasse?

  • Reivax le 20.07.2021 06:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais à quoi cela sert-il au fond ? Si tout ce budget était plutôt consacré à préserver la planète sur laquelle ils vivent et sur laquelle sont supposés vivre leurs enfants. Est-ce bien raisonnable de continuer comme cela?

    • @reivax le 20.07.2021 15:07 Report dénoncer ce commentaire

      Cela sert à enrichir les plus riches

  • Traverse la rue le 19.07.2021 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un riche qui va dans l’espace ne pollue pas, il fait cela pour voir d’en haut comment nous polluons sa belle planète et nous faire réfléchir . En France, on leur déduira leur voyage des impôts.

  • Think twice le 19.07.2021 18:16 Report dénoncer ce commentaire

    Faut interdire tout de suite… quand on sera à 50 000 par an.. il sera trop tard pour arrêter car les investissements seront énormes.