Taxation des GAFA

21 mars 2018 08:46; Act: 21.03.2018 15:18 Print

Tournant décisif en vue pour les géants du web

L'UE a lancé mercredi une offensive pour mieux taxer les géants du Net, sur fond de menace de guerre commerciale avec les États-Unis.

storybild

Dans l'UE, toute réforme sur la fiscalité requiert l'unanimité. Le Luxembourg, pays d'accueil d'Amazon, donnera-t-il son accord? Rien n'est moins sûr! (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Ce projet de la Commission européenne qui consiste notamment à taxer le chiffre d'affaires des géants du Net est dévoilé dans un contexte déjà tendu entre les États-Unis et les Européens, au bord d'une guerre de l'acier. «Nos règles mises en place avant l'existence d'Internet ne permettent pas (...) d'imposer les entreprises numériques opérant en Europe», a martelé le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, pointant un «trou noir» fiscal «qui s'agrandit toujours plus», lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

La taxation des géants du numérique, communément désignés sous l'appellation GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), est au menu jeudi soir du sommet européen des 28 chefs d'État et de gouvernement de l'UE à Bruxelles. «C'est un dossier prioritaire et ce serait une réussite particulièrement symbolique si des mesures pour taxer les géants de l'Internet étaient adoptées avant les élections européennes», prévues entre le 23 et 26 mai 2019, a commenté lundi une responsable à la Commission. Dans un premier temps, l'exécutif européen préconise de taxer à 3% les revenus (et non les profits, comme le veut l'usage) générés par l'exploitation d'activités numériques, selon une source proche de la Commission.

Entre 120 et 150 entreprises touchées

Cette taxe ne visera que les groupes dont le chiffre d'affaires annuel mondial s'élève à plus de 750 millions d'euros et dont les revenus dans l'UE excèdent «plusieurs dizaines de millions d'euros». En clair, les petites start-up européennes qui peinent déjà à rivaliser avec les mastodontes américains ne seront pas concernées par cet impôt indirect. Dans le collimateur de la Commission: les recettes publicitaires des groupes tirées des données de leurs utilisateurs - le modèle de Facebook, Google ou Twitter - ou les revenus provenant de la mise en relation d'internautes pour un service donné - celui d'Airbnb ou Uber par exemple.

En revanche, les entreprises, dont le «business model» repose sur les abonnements, telle Netflix, ne seront pas touchées, ni celles qui gagnent de l'argent grâce au commerce électronique, de type Amazon. Au total, entre 120 et 150 entreprises devraient être affectées par ce nouvel impôt: la moitié seront des américaines, un bon tiers européennes et le reste asiatiques, essentiellement chinoises, précise-t-on à la Commission. Cette taxe pourrait rapporter environ 5 milliards d'euros par an. «Il ne s'agit en aucun cas d'une mesure antiaméricaine», a assuré M. Moscovici.

Il n'empêche, vendredi dernier, avant même que Bruxelles ne dévoile ses projets, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, avait lancé cette mise en garde aux Européens: «Les États-Unis s'opposent fermement aux propositions de quelque pays que ce soit de cibler les compagnies numériques» par une taxation spéciale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • L'argonaute le 21.03.2018 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous inquietz pas, meme en les taxant à 10%, elles feront encore d'enormes bénéfices...et elles resteront en europe, elles ont trop besoin de ses consommateurs.

  • Angelo51 le 21.03.2018 11:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’importe quoi. Il faut bien combler le trou budgétaire que laissera béant le départ du Royaume-Uni est de ses 14 milliards d’apport au puits dans fonds européen. Si on avait su ménager les susceptibilités et accepter de revoir les excès migratoires et les diktats de la cour de justice européenne il n’y aurait jamais eu de Brexit. Pour les GAFA on doit déjà supprimer le A puisque Amazon ne sera pas touché donc cela laisse GAF. Cela fait penser à gaffe un mot que Mosco connaît par cœur.

  • iceberg le 21.03.2018 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moscovisci savez vs combien de personnes travaillent pour ces societes en Europe?? Avec vos betises ils seront bientot tous en vacances forcees..

Les derniers commentaires

  • L'argonaute le 21.03.2018 12:59 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous inquietz pas, meme en les taxant à 10%, elles feront encore d'enormes bénéfices...et elles resteront en europe, elles ont trop besoin de ses consommateurs.

    • @L'argonaute le 22.03.2018 07:56 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement! C'est un marché énorme,l'union européenne!

  • Angelo51 le 21.03.2018 11:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’importe quoi. Il faut bien combler le trou budgétaire que laissera béant le départ du Royaume-Uni est de ses 14 milliards d’apport au puits dans fonds européen. Si on avait su ménager les susceptibilités et accepter de revoir les excès migratoires et les diktats de la cour de justice européenne il n’y aurait jamais eu de Brexit. Pour les GAFA on doit déjà supprimer le A puisque Amazon ne sera pas touché donc cela laisse GAF. Cela fait penser à gaffe un mot que Mosco connaît par cœur.

  • iceberg le 21.03.2018 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moscovisci savez vs combien de personnes travaillent pour ces societes en Europe?? Avec vos betises ils seront bientot tous en vacances forcees..

    • @iceberg le 22.03.2018 07:58 Report dénoncer ce commentaire

      n'importe quoi! Les multinationales ne vont pas quitter l'union européenne! L'UE est un marché avec 500000 consommateurs, donc un marché très important pour eux!