Diversification

05 mars 2019 08:11; Act: 05.03.2019 10:50 Print

Uber veut devenir l'«Amazon» des transports

Voitures et chauffeurs mais aussi vélos, trottinettes ou même train: l'américain Uber, qui prépare son entrée en Bourse, poursuit intensément sa diversification.

storybild

Uber mise sur un avenir où les particuliers renonceront de plus en plus à posséder une voiture, préférant VTC, autopartage, vélos et trottinettes en libre-service ou transports publics.

Sur ce sujet
Une faute?

Le modèle d'Uber? Rien moins qu'Amazon, le tentaculaire colosse du commerce en ligne. Leader mondial de la réservation de voiture de tourisme avec chauffeur (VTC), Uber mise sur un avenir où les particuliers renonceront de plus en plus à posséder une voiture, préférant VTC, autopartage, vélos et trottinettes en libre-service ou transports publics. Pour Uber, comme d'autres entreprises de transport, l'idée est donc de se placer dès aujourd'hui au centre de cet écosystème et de proposer via son application tout un éventail de solutions de déplacement, selon ses goûts, ses besoins... ou la météo.

«Les voitures, pour nous, c'était vraiment un point de départ», explique Andrew Salzberg, un des responsables du groupe, lors d'une rencontre avec des journalistes, à Santa Monica, près de Los Angeles, connue pour sa pollution et ses embouteillages. «Une fois bâtie cette plateforme de mobilité, il y a toute une gamme d'activités à créer au-delà», poursuit-il dans cette cité balnéaire, qui grouille de trottinettes et vélos électriques d'Uber et de ses concurrents.

Intégrer aussi les transports publics

L'idée «c'est que dès que vous sortez, il y ait un véhicule électrique, sympa à conduire», explique Nick Foley, à la tête de Jump (bicyclettes électriques en libre-service), rachetée l'an dernier par Uber. Et «si le temps est mauvais (...), on peut aussi réserver une voiture», ajoute M. Foley, qui pense que le tournant vers la mobilité via smartphone changera les modes de vie comme le fit l'automobile.

«On ne peut pas vraiment être l'Amazon des transports sans (intégrer) le mode de transport le plus important, à savoir les transports publics», a justifié David Reich, en charge du sujet chez Uber. Ce qui rend nécessaire la collaboration avec les municipalités, au travers d'échanges de données sur les transports publics, les pistes cyclables, les parkings... Le PDG d'Uber, Dara Khosrowshahi, fait de la collaboration avec les régies de transport, une priorité.

De quoi aussi améliorer ses relations avec les autorités locales, souvent tendues depuis quelques années avec l'arrivée de la plateforme américaine.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.