États-Unis - Canada

30 août 2018 07:52; Act: 30.08.2018 12:51 Print

Un accord sur un Aléna 2.0 à portée de main

Les États-Unis et le Canada ont continué mercredi leurs discussions sur la modernisation de l'Aléna. L'optimisme est de mise.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre canadien et le président américain ont tous deux exprimé leur optimisme, mercredi, d'arriver à un accord d'ici vendredi pour rénover le pacte de libre-échange nord-américain (Aléna), un traité qui joue un rôle crucial dans les économies des deux pays et du Mexique. Donald Trump - qui n'a eu de cesse de dénoncer l'Aléna qu'il juge «désastreux» pour l'économie américaine - a trouvé que les négociations intenses qui se déroulent à Washington depuis mardi entre les négociateurs américains et canadiens, se «passaient très bien».

L'optimisme du président américain fait ainsi écho à celui du Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui quelques heures plus tôt, lors d'une réunion en Ontario, avait évoqué la «possibilité d'avoir un bon accord pour le Canada, d'ici à vendredi».

Washington et Mexico, qui se sont entendus lundi sur les termes d'un Aléna version 2.0, aimeraient la conclusion d'un accord tripartite d'ici à vendredi, a dit M. Trudeau, «mais c'est seulement une possibilité, car cela dépendra s'il s'agit ou non d'un bon accord pour le Canada».

Nouvelle réunion jeudi

Chrystia Freeland, la ministre des Affaires étrangères canadienne venue en personne pour diriger les négociations dans la capitale américaine, a indiqué mercredi soir que les hauts fonctionnaires des deux délégations allaient continuer à négocier sans doute toute la nuit. «Nous avons convenu au niveau ministériel (NDLR: Mme Freeland et le Représentant au commerce Robert Lighthizer), de nous retrouver demain matin pour faire des arbitrages sur le travail de la nuit», a-t-elle indiqué au cours d'un bref point de presse.

Mme Freeland a refusé une nouvelle fois de donner des détails sur la négociations en cours mais a reconnu que «le temps presse» si un accord doit être conclu vendredi comme le souhaitent les États-Unis et le Mexique, qui sont déjà tombés d'accord sur toute une série d'aménagements du traité de 1994. «Il y a une bonne atmosphère et nous travaillons de façon productive», a-t-elle ajouté.

(L'essentiel/afp)