En Israël

23 décembre 2017 11:42; Act: 23.12.2017 12:07 Print

Un business en herbe: le cannabis en ligne

Telegrass, plateforme accessible via une application israélienne, permet de commander en ligne du cannabis. Elle fait la joie des consommateurs mais alarme policiers et éducateurs.

storybild

Telegrass, plateforme accessible via une application israélienne, fait la joie des consommateurs locaux. (photo: AFP/Thomas Coex)

Sur ce sujet
Une faute?

Sur son smartphone, il suffit de quelques clics pour découvrir tout un monde de vendeurs de marijuana postant des photos de leur produit, avec la promesse de commander en ligne ce qui se fait de mieux en la matière. «C'est comme eBay; il y a des milliers de photos», s'enthousiasme un utilisateur qui refuse de décliner son identité.

Telegrass, plateforme accessible via une application israélienne, fait la joie des consommateurs locaux. Mais elle alarme policiers et éducateurs.Cette plateforme est à portée de doigts via l'application de messagerie sécurisée Telegram. Les acheteurs envoient aux vendeurs un message, qui s'effacera de lui-même, pour fixer un rendez-vous et prendre livraison.

Une certaine tolérance de l'État israélien

Elle a été fondé en mars par Amos Dov Silver, un Israélo-Américain. Ce trentenaire vit aux Etats-Unis «de peur d'être arrêté», selon le quotidien israélien Haaretz. «Nous ne savons pas précisément combien d’utilisateurs nous avons, mais il y a plus de 100.000 personnes inscrites»", dit M. Silver dans une communication en ligne avec l'AFP. «Nous aurons des chiffres encore meilleurs dans l'avenir», promet-il. Le site est en hébreu tout comme la page Facebook de son créateur, en libre accès. M. Silver y héberge des discussions et des informations sur le cannabis, aux plus de 22.000 followers recensés.

L'Etat israélien affiche une certaine tolérance vis-à-vis de la consommation de marijuana. Le gouvernement a approuvé en mars un plan décriminalisant partiellement l'usage personnel à titre récréatif et privilégiant les amendes et la thérapie. La production, la vente et l'achat restent des infractions pénales.

Le plan n'est pas encore appliqué, mais il a donné la fausse impression que la légalisation était imminente, dit Orit Sternberg, de l'Autorité de lutte contre la drogue. La création de Telegrass au même moment est tout sauf une coïncidence, juge-t-elle.

(L'essentiel/ AFP)