Cryptomonnaies

07 juillet 2019 15:47; Act: 07.07.2019 15:49 Print

Un vide réglementaire pour les Gafa est exclu

Benoît Coeuré, dirigeant de la BCE, souligne qu'il est «hors de question» de laisser des géants numériques développer des monnaies privées sans fixer de règles.

storybild

Benoit Coeuré estimé que les projets de monnaies virtuelles et privées représentent un «défi» pour «le domaine de la finance». (photo: AFP/Philippe Desmazes)

Sur ce sujet
Une faute?

Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a prévenu dimanche qu'il était «hors de question» de laisser des géants numériques développer des monnaies privées en dehors de toute réglementation, au vu des «risques» induits par de tels projets. «On a laissé les Gafa se développer dans un vide réglementaire pour toutes leurs activités commerciales», a souligné M. Coeuré lors d'une table ronde sur les institutions internationales organisée aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

«Il est hors de question de les laisser se développer dans un vide réglementaire pour des activités de services financiers, parce que c'est trop dangereux», a ajouté le responsable de la BCE, appelant à «aller très vite» sur la question. M. Coeuré, qui s'est vu confier mi-juin dans le cadre du G7 la direction d'un groupe de travail sur les cryptoactifs adossés à des devises, comme le Libra de Facebook, a estimé que ces projets de monnaies virtuelles et privées représentaient un «défi» pour «le domaine de la finance».

«Maintenant on a un éléphant dans le bac à sable»

«Jusqu'à présent, on avait des petits projets, qui étaient intéressants» mais «expérimentaux, et qu'on laissait se développer avec une certaine bienveillance en se disant "c'est trop petit pour être dangereux"». On les a donc laissé se développer dans le bac à sable en attendant de voir», a-t-il souligné. «Maintenant on a un éléphant dans le bac à sable» et «on aura peut-être plusieurs éléphants dans le bac à sable», a ajouté l'économiste, faisant référence, sans le citer, au Libra de Facebook. «Donc la question c'est "qu'est-ce qu'on fait"», a-t-il poursuivi.

Pour le responsable de la Banque centrale, «tous ces projets sont d'une certaines manière un "wake-up call" (coup de semonce, NDLR) assez utile pour la communauté des régulateurs et des autorités publiques» parce que «ça va peut-être nous conduire à faire mieux ce qu'on fait». «Il s'agira de réglementer», «pas d'interdire», a-t-il toutefois soutenu, en appelant l'Europe à «montrer l'exemple». Le géant américain Facebook a dévoilé mi-juin son projet de cryptomonnaie, baptisé «Libra». Ce dernier doit lui permettre de s'imposer dans les paiements, les services financiers et le commerce en ligne dans le monde entier à partir des milliards d'utilisateurs de ses différents réseaux sociaux.

Cette annonce a conduit la France, qui préside le G7, a mettre sur pied un groupe de travail constitué de représentants des banques centrales. Ce dernier remettra un premier rapport sur le sujet lors de la réunion des ministres des Finances du G7 prévue les 17 et 18 juillet à Chantilly (Oise).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.