Au Canada

06 décembre 2018 07:55; Act: 06.12.2018 11:15 Print

Une haute responsable de Huawei interpellée

La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêtée au Canada. Elle est soupçonnée de violer les sanctions contre l'Iran.

storybild

Les autorités américaines soupçonneraient Huawei d'avoir exporté depuis au moins 2016 des produits d'origine américaine vers l'Iran.

Sur ce sujet
Une faute?

«Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre, à Vancouver. Les États-Unis réclament son extradition et une audition pour sa remise en liberté conditionnelle doit avoir lieu vendredi», a indiqué un porte-parole du ministère canadien de la Justice à l'AFP, confirmant des informations de presse selon lesquelles Washington soupçonnerait Meng Wanzhou de violation des sanctions américaines contre l'Iran.

«Puisqu'une interdiction de publication est en vigueur, nous ne pouvons pas fournir pour l'instant de plus amples détails», a précisé ce porte-parole, Ian McLeod. «L'interdiction a été demandée par Mme Meng», a-t-il dit. En avril, le quotidien Wall Street Journal a rapporté que la justice américaine avait ouvert une enquête pour établir si Mme Meng avait enfreint les sanctions américaines contre l'Iran.

Menace pour les États-Unis

Les autorités américaines soupçonneraient Huawei d'avoir exporté depuis au moins 2016 des produits d'origine américaine vers l'Iran et d'autres pays visés par des sanctions américaines, en violation des lois des États-Unis. Le gouvernement fédéral américain a demandé officiellement en début d'année à ses opérateurs télécoms de ne pas s'équiper chinois. Plusieurs élus du Congrès voyaient notamment dans Huawei «une menace pour la sécurité des États-Unis», invoquant des rapports du groupe «avec le Parti communiste chinois, ainsi qu'avec les services de sécurité et de renseignement chinois».

Mme Meng est la fille de Ren Zhengfei, fondateur de Huawei en 1987, et ancien officier de l'Armée populaire de libération. La croissance explosive de l'équipementier en télécoms se heurte aussi désormais à l'écueil géopolitique, certains acteurs occidentaux ou asiatiques refusant de le laisser s'installer dans leurs réseaux 5G, qui ont un caractère stratégique.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.