Industrie automobile

12 janvier 2021 10:26; Act: 12.01.2021 11:23 Print

Une révolution très attendue chez Renault

Une nouvelle R5 électrique, des Renault vendues plus cher... Le constructeur français doit dévoiler ce jeudi sa feuille de route pour affronter la révolution du secteur.

storybild

Luca de Meo, PDG de Renault, présente la Mégane eVision, le 15 octobre 2020, à Meudon, près de Paris. (photo: AFP/Eric Piermont)

Sur ce sujet
Une faute?

Une nouvelle R5 électrique, des plans pour Alpine et des Renault vendues plus cher: le constructeur français doit dévoiler jeudi sa feuille de route pour affronter la révolution du secteur automobile. Le groupe doit d'abord présenter mardi ses chiffres de ventes mondiales pour 2020, une année marquée par une chute inédite des ventes de voitures liée à la crise sanitaire. En France, le groupe a vu ses ventes de voitures particulières dévisser de 24,9%, selon le comité des constructeurs français, à 412 000 exemplaires et 25% de parts de marché.

La crise a frappé un groupe qui était déjà en difficulté. La firme au Losange a annoncé fin mai un plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros sur trois ans, prévoyant quelque 15 000 suppressions de postes dans le monde, dont 4 600 en France. Après un mariage raté avec Fiat-Chrysler, qui a finalement choisi Peugeot-Citroën, Renault sort également du scandale provoqué par l'arrestation et l'évasion au Japon de son ex-directeur général Carlos Ghosn, accusé de malversations financières.

Volte-face stratégique

Le scandale a fait tanguer l'alliance de Renault avec Nissan et Mitsubishi. Les alliés tentent depuis de se relancer et prévoient de développer et produire en commun près de 50% de leurs modèles à horizon 2025. Outre l'alliance et la chasse aux coûts, le nouveau directeur général Luca De Meo, arrivé en juillet, a déjà annoncé que le groupe allait privilégier «la profitabilité aux volumes», c'est-à-dire vendre moins de voitures mais les vendre plus cher. Une volte-face stratégique, qui fait passer Renault du modèle de Carlos Ghosn à celui de Carlos Tavares chez PSA.

Le groupe est désormais structuré autour de quatre marques: le navire amiral Renault, les Dacia à petit prix, les sportives Alpine et la nouvelle marque de mobilité Mobilize. Pionnier dans l'électrique avec la ZOE, le groupe a multiplié les annonces ces derniers mois avec une Twingo électrique, une Dacia à batterie qui veut se positionner comme l'offre électrique la moins chère du marché, et une nouvelle Mégane électrique, basée sur une plateforme développée avec Nissan.

Version électrique de la R5

Le groupe a également dopé en 2020 son offre de véhicules hybrides et hybrides rechargeables. Et il a réduit son offre de motorisations: les Diesel ont déjà disparu chez la très populaire Dacia Sandero. Pour marquer son virage vers le futur, Renault pourrait présenter jeudi une version électrique de la R5, la star des années 1970, mais aussi de la 4L, autre icône légère et fiable de Renault, selon une source au sein de l'entreprise. Le DG de Renault devrait également préciser jeudi ses projets pour Alpine, qui regroupe désormais toutes les activités sportives du groupe. Il a donné lundi une nouvelle tête à la marque: Laurent Rossi, ex-directeur de la stratégie du groupe, a remplacé Cyril Abiteboul, figure de Renault en Formule 1.

Selon la même source au sein du groupe, il pourrait y avoir trois modèles Alpine: «La remplaçante de la 110 actuelle, un modèle un peu SUV» et une Mégane estampillée Alpine qui remplacerait la Mégane RS, chouchou des amateurs de circuit.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vakanz doheem le 12.01.2021 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Électrique,électrique...merde alors! Le futur c'est les piles à combustible qui sont beaucoup moins nuisibles,mais rapportent moins à l'état.

  • vroom le 12.01.2021 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et pendant ce temps, en France, on nous demande de ne pas allumer le chauffage (électrique) par peur d'un pic de consommation dépassant les capacités de production des centrales

  • Jack le 12.01.2021 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faut pas acheter électrique, dans 10 ans personne voudra de ces voitures condamnés à remplir les fourrières. Le futur sera pile à combustible, hydrogène

Les derniers commentaires

  • c'est bon pour la planète le 13.01.2021 09:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est faut! je viens d'acheter une r5.... de 1985. recyclage, poids plume, 7 litres au 100 comme une essence de nos jours, pas de CO2 car pas de catalyseur, juste du co qui tué les gens mais ne participe pas à l'effet de serre.

  • Helmutheimat le 13.01.2021 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    Renault a assez prouvé sa valeur au niveau titres en rallye, formule 1 ( CONSTRUCTEUR ET MOTORISTE ). Renault a innové au niveau moteur turbo et beaucoup d'autres marques ont lorgné sur ses avancées pour elles mêmes se renouveler. Alors Renault est loin d'être le premier venu et n'a nul besoin de recevoir des soi disant conseils des autres. Quand on n'aime pas son voisin, il est plus facile de le critiquer surtout quand il vous fait de l'ombre.

  • georgette le 13.01.2021 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Hydrogène est le future.

  • blu le 13.01.2021 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais ces voitures coûtent trop chère. C’est ça le problème. Révolution financière oui pour eux qui veulent augmenter les prix des voitures et gagner plus.

  • Michou Cabus le 13.01.2021 07:53 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi dire "constructeur français"? tout le monde sait qu'elles sont faites partout sauf en France.

    • Passioné Auto le 13.01.2021 12:29 Report dénoncer ce commentaire

      Toutes les marques usent du même stratagème, à savoir la réduction des coûts... mais tout le monde préfère taper sur Renault plutôt que sur Audi qui construit son Q7 (80-100k€) en Hongrie ou BMW et ses usines au Mexique. D'autant plus la partie Ingénierie est faite en France et représente une plus grosse valeur que l'assemblage sur le prix d'un véhicule.