Mode

16 mars 2018 14:29; Act: 16.03.2018 15:28 Print

Zara et H&M veulent se défendre face à Internet

Face à la concurrence d'Internet, les géants de la mode bon marché Zara et H&M essayent de faire de leurs magasins physiques des atouts pour leurs ventes en ligne.

storybild

Chez H&M, on reconnaît que la chute des profits en 2017 est due en grande partie à la concurrence d'Internet.

Sur ce sujet

Investissements logistiques, nouvelles technologies... face à la féroce concurrence d'Internet, notamment d'Amazon, les géants de la mode bon marché Zara et H&M mettent les bouchées doubles, en essayant de faire de leurs magasins physiques des atouts pour leurs ventes en ligne. Séparés par de fines cloisons, quinze plateaux photos dédiés uniquement à la mise à jour du site Internet s'alignent dans un recoin de l'immense siège de Zara, près de La Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne. Sous le crépitement incessant des flashes, des mannequins - le casting change chaque semaine - enchaînent les poses, pour obtenir sept photos montrant chaque vêtement sous tous les angles.

Au total, 1 500 photos sont mises en ligne deux fois par semaine, pour coller au rythme de renouvellement des modèles en magasins. «Les ventes en ligne sont en train de devenir un élément qui contribue de manière significative à la croissance de l'entreprise», assurait mercredi Pablo Isla, PDG du groupe Inditex, propriétaire de Zara. En 2017, ce segment a représenté 10% des ventes, un chiffre dévoilé après des années de grande discrétion sur un virage pris avec un peu de retard, en 2010.

Acquérir «plus de visibilité online»

Acquérir «plus de visibilité online» est le principal défi du groupe s'il veut rester «compétitif à long terme», estime Sergio Avila Luengo, analyste chez IG Markets. Selon lui, Inditex a eu plus de mal à écouter ses stocks en 2017 en raison de la concurrence des ventes textiles d'Amazon. En Suède chez H&M, on reconnaît que la chute des profits en 2017 est due en grande partie à la concurrence d'Internet. Le marché de l'habillement subit «une grande transformation (...) qui représente un défi pour tout le monde», a expliqué le PDG, Karl-Johan Persson, mi-février. «Les grandes plateformes en ligne comme Amazon et Alibaba nuisent à notre industrie» et les nombreux petits sites spécialisés «sont réellement une force qui doit être prise en compte», selon lui.

Aux États-Unis, Amazon était en 2016 le premier vendeur en ligne de vêtements, et il détient même 11% du marché total de l'habillement (19% prévus en 2020), selon des données compilées par Bloomberg. En Europe, le chausseur allemand online Zalando a vu ses ventes bondir de 25% entre 2012 et 2015 et le site de mode britannique Asos de 34%, selon la Fondation E-commerce.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Manudelux le 17.03.2018 17:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sur le site de H&M, il y a des promotions offertes aux clients qui peuvent s’exercer également en magasin. Mais à la boutique du Kierchberg, on m’a envoyé balader, qu’à Luxembourg, ces offres promotionnelles ne fonctionnent pas... Pourquoi ? Parce que la vendeuse n’a pas été formée ou n’a pas envie de se fatiguer. A quoi bon aller en magasin si c’est pour se faire rouler ?? Il ne faut pas qu’H&M se plaigne de la baisse de ses ventes ensuite.

  • Le Cerbère. le 17.03.2018 19:22 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils commencent pas développer l'accueil aux clients alors!

  • Sagga le 16.03.2018 16:24 Report dénoncer ce commentaire

    Je crains que ce ne soit trop tard pour ces enseignes. Il fallait prendre le virage internet plus tôt .... La Fnac s'en est sorti tout juste.. mais est loin d 'être sauvée..

Les derniers commentaires

  • Le Cerbère. le 17.03.2018 19:22 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils commencent pas développer l'accueil aux clients alors!

  • Manudelux le 17.03.2018 17:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sur le site de H&M, il y a des promotions offertes aux clients qui peuvent s’exercer également en magasin. Mais à la boutique du Kierchberg, on m’a envoyé balader, qu’à Luxembourg, ces offres promotionnelles ne fonctionnent pas... Pourquoi ? Parce que la vendeuse n’a pas été formée ou n’a pas envie de se fatiguer. A quoi bon aller en magasin si c’est pour se faire rouler ?? Il ne faut pas qu’H&M se plaigne de la baisse de ses ventes ensuite.

  • #realiste le 17.03.2018 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucune reflexion sur l avenir et l emploi...déprimant...

  • sand le 17.03.2018 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour torolkozo: quand il n’y aura plus du tout de boutique réelle, fermeture de tous les petits commerces, il n’y aura plus de travail, plus rien à proximité... Et quand amazon et compagnie auront le monopole, il ne leur restera plus qu’à augmenter tous les tarifs!et là ça va vous faire drôle!mais ce sera trop tard.

  • torolkozo le 16.03.2018 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    Excellente idée, mais au Grand-Duché pas la peine, c'est mort, avec les horaires d'ouverture fait pour les rentiers et les touristes. Le top, c'est les petits commerces ouverts pile aux heures de bureau! Perso, je cours toute la semaine de 9 à 18/19 et samedi, j'ai d'autres plaisirs que d'aller me faire étouffer dans les boutiques où on attend des plombes et les centre commerciaux blindés de monde! Vive le commerce sans horaire et sans stress sur Internet!