Affaire Megaupload

11 juillet 2012 11:01; Act: 11.07.2012 14:48 Print

Kim Dotcom se rendrait aux États-​​Unis

Le fondateur de Megaupload a proposé de quitter de son plein gré la Nouvelle-Zélande pour les États-Unis, qui le réclament.

storybild

Kim Schmitz, alias Kim DotCom, adorait le luxe, les jolies femmes et les belles voitures. Regardez des photos de ses journées déjantées. (photo: dr)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Kim Schmitz, alias «Kim Dotcom», en liberté surveillée dans son pays d'adoption, est réclamé par les États-Unis qui l'accusent d'escroqueries et de violations massives de droits d'auteur. Le milliardaire - qui n'a plus accès à une grande partie de sa fortune depuis son arrestation - a émis sa proposition sur Twitter, qu'il utilise régulièrement pour donner son opinion ou émettre ses doléances.

«Hey DoJ (NDLR: Département de la Justice), on va aller aux US», a-t-il lancé. «Pas besoin d'extradition. On veut la liberté sous caution, la libération des fonds pour les avocats et pour les frais de vie quotidienne», a-t-il ajouté. L'audience d'extradition de Kim Schmitz et de trois de ses collègues, eux aussi inculpés, initialement prévue pour le 6 août prochain, a été repoussée au 23 mars, avaient indiqué mardi les avocats de la défense.

175 millions de dollars d'activités criminelles

Dans un entretien au New Zealand Herald, Kim Schmitz souligne avoir accumulé une ardoise de plusieurs millions de dollars pour sa défense, sans pouvoir payer un seul cent. «Ils veulent me pendre haut et court», affirme-t-il. Kim Schmitz, un Allemand de 38 ans, doute toutefois de voir sa proposition acceptée. «Ils ne seront jamais d'accord car ils savent qu'ils ne peuvent pas gagner, ils le savent déjà», déclare-t-il au quotidien.


Le FBI et le Département de la Justice estiment eux que le site Megaupload a tiré 175 millions de dollars d'activités criminelles et causé un préjudice de 500 millions de dollars aux détenteurs des droits, en proposant des copies piratées de films de cinéma, de programmes télévisés et d'autres contenus. Pour la justice américaine, cette affaire judiciaire est la plus importante au monde en matière de violation de droits d'auteurs. S'il est jugé aux États-Unis, Kim Schmitz encourt jusqu'à 20 ans de prison.

(L'essentiel Online/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Donatella le 11.07.2012 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    Ou docteur .com !!

Les derniers commentaires

  • Donatella le 11.07.2012 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    Ou docteur .com !!

    • Daniel le 11.07.2012 19:15 Report dénoncer ce commentaire

      est ton ami ;)