«Winewoo»

02 février 2015 15:00; Act: 02.02.2015 17:18 Print

Une application pour vous aider à choisir votre vin

Grâce à une simple photo de l'étiquette avec un téléphone, l'utilisateur peut tout savoir sur le vin qu'il a en face de lui.

Voici comment fonctionne l'application.

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'application mobile Winewoo, développée à Bordeaux, veut devenir référence en la matière: «Le Shazam du vin» rêvent ses concepteurs. Même si le concept d'application pour le vin n'est pas nouveau, la start-up bordelaise Kasual business a choisi une démarche aussi originale que classique. Au contraire de ses concurrents, tel le leader danois Vivino, qui s'appuie sur un système participatif des utilisateurs pour constituer sa base de données, Winewoo est remonté à la source.

Ce sont les vignerons eux-mêmes qui ont été sollicités afin de garantir l'exactitude de toutes les informations: sol, cépages, élevage en cuve ou barrique, arômes, conseils de dégustation et de conservation, accord mets-vin ou encore pays de vente... Pas moins d'une centaine de critères au total! Le consommateur pourra aussi découvrir de nouveaux vins en fonction de ses goûts, noter et partager ses commentaires avec ses amis et les vignerons, gérer sa cave et acheter le vin sur des sites partenaires ou en direct.

Pour les vins de 3 à 15 euros

Cette ambition de faire «le Shazam du vin», en référence à l'application «Shazam», capable de reconnaître n'importe quelle musique ou publicité et adoptée par plus de 100 millions d'utilisateurs pour une valorisation à plus d'un milliard de dollars, les concepteurs l'ont en tête depuis 2010. Car c'est en répondant à l'appel d'offres du Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) pour réaliser l'application Smart Bordeaux, qui recense aujourd'hui les 8 000 châteaux bordelais et les 17 000 marques affiliées, que Kasual business porte l'ambition de créer l'application-référence dans le monde du vin.

«Smart Bordeaux a été la première application au monde à donner à l'utilisateur des informations sur un vin en scannant l'étiquette», se réjouit Christophe Château, directeur marketing du CIVB, indiquant que l'application avait déjà été téléchargée 155 000 fois. «Mais ce n'est pas la technologie qui a de la valeur, mais la base de données», note-t-il, spécifiant que le CIVB, «au service des vignerons», avait fait le choix de «conserver ces datas au lieu de les céder à un tiers».

Winewoo se destine, lui, au gros du marché mondial, celui des vins dont les tarifs oscillent de 3 à 15 euros, car Xavier de Castelbajac, un des trois associés fondateurs de la start-up, estime que «les grands crus sont déjà connus des consommateurs».

(L'essentiel/AFP)