Lecture erronée du contrat

08 décembre 2011 08:28; Act: 08.12.2011 14:27 Print

Apple n'a pas les droits de l'iPad en Chine

Grâce à une décision de justice, Proview Technology, qui avait déposé le nom «iPad» dès 2000, peut réclamer 1,5 milliard de dollars au fabricant américain.

storybild

En Chine comme ailleurs dans le monde, la tablette a fait un tabac. (AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

La polémique durait depuis plusieurs mois, mais désormais le tribunal de la ville de Shenzen a tranché. Apple ne dispose pas de l’antériorité de la marque iPad. La firme de Cupertino accusait Proview Technology d’utiliser illégalement le nom donné à sa tablette. En 2009, la marque à la pomme avait racheté pour l’équivalent de 40 000 euros le terme «iPad», déposé dès 2000 par l’entreprise taïwanaise. Mais il y avait un hic: une clause du contrat réservait à Proview le droit d’utiliser cette marque en Chine, selon l’agence de presse Xinhua. Apple aurait mal lu le contrat.

Fabricant d’écrans plats au bord de la faillite, et en redressement judiciaire, Proview pourrait tirer profit de ce jugement. Selon le site spécialisé itExpresso.fr, l’entreprise réclame à Apple 1,5 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) pour utilisation sans autorisation de sa marque en Chine et aux États-Unis. À moins d’un accord, le géant américain devra donc débourser cette somme.

Ce n’est pas tout. Samedi dernier, Apple a aussi perdu un autre procès contre Samsung. La justice américaine a refusé d’interdire la vente de la Galaxy Tab 10.1 du fabricant coréen, rapporte le quotidien Les Échos.

L'essentiel Online avec gim

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).