Luxembourg et Irlande

12 avril 2012 12:08; Act: 12.04.2012 14:33 Print

Le fisc anglais enquête sur ses «évadés fiscaux»

LUXEMBOURG - Mis à part le secteur du high-tech, qu’ont en commun Amazon, Google, et Apple? Ils bénéficient tous des avantages du Luxembourg et de l'Irlande pour réduire leur imposition.

storybild

Après Amazon au Luxembourg, c'est Apple à Cork (Irlande) qui est dans le viseur du fisc anglais. (photo: dr)

  • par e-mail

Le fisc britannique a dans son collimateur les entreprises anglaises qui s'implantent dans des «paradis fiscaux». Avec 3,3 milliards de livres (4 milliards d'euros) de recettes pour ses activités sur le territoire anglais, Amazon UK s’est largement affranchi des 60 millions de livres (73 millions d'euros) d’impôts qu’il aurait pu payer en 2011, selon les estimations du Guardian du 4 avril.

À la place, l’entreprise n’affiche que 3 millions de livres (3,6 millions d'euros) d’imposition… sur neuf années (de 2003 à 2011). Tout ceci grâce à l’implantation d'un siège européen (et donc britannique) à Luxembourg, bénéficiant d’un impôt sur les sociétés plus faible et, depuis le 1er janvier dernier, d’une taxe sur les livres numériques à 3% au lieu de 20% de l'autre côté de la Manche. L’entreprise se défend en précisant qu’elle a «un quartier général unique pour gérer les opérations complexes» de vente à travers 27 pays européens.

Apple bientôt visé

Mais ce n’est pas la seule entreprise concernée. Le Daily Mail a annoncé lundi que le fisc allait enquêter sur les impôts de la branche britannique du géant américain Apple. La firme de Cupertino est accusée de n’avoir payé qu’à peine 10 millions de livres (12 millions d'euros) d’impôts pour l’exercice fiscal 2010 au Royaume-Uni, alors que le chiffre d’affaires de ses activités tourne autour de 600 millions de livres (720 millions d'euros). Bref, 1,6% d’imposition... Grâce à l’implantation de son siège à Cork, en Irlande, pour gérer les activités européennes, la branche britannique d'Apple devrait bénéficier d’une impôts sur les sociétés de 12,5% contre 24% au Royaume-Uni. La réalité est toute autre, et le fisc s'interroge.

Cette évasion fiscale n’est pas sans rappeler Google, qui avait également déménagé son siège social en Irlande pour bénéficier des avantages fiscaux. En 2009, l’entreprise a payé 0,6 million de livres (0,7 million d'euros) d’impôts sur son chiffre d’affaires britannique de 1,25 milliard de livres (1,5 milliard d'euros). D'autres entreprises mondiales ont implanté leurs QG européens au Luxembourg, comme eBay ou iTunes, filiale d'Apple. Le gouvernement britannique avait jusqu’à présent refus de s’aligner sur le Grand-Duché, mais pour combien de temps encore? Un nouveau bouleversement est prévu en 2015, lorsque la loi européenne sera modifiée: les consommateurs payeront désormais la taxe du pays dans lequel ils habitent.

(Jonathan Vaucher/L'essentiel Online)

  • Athos le 13.04.2012 09:04 Report dénoncer ce commentaire

    Conseil: Allez enquêter du côté des suppressions d'emploi chez British Airways et BMI. Oh non pas chez les employés mais dans les étages des chefs que vous ne supprimerez pas. Cherchez bien et vous trouverez!!

  • NightBird le 12.04.2012 23:17 Report dénoncer ce commentaire

    Les fraudeurs fiscaux d'Angleterre, de France, d'Italie, d'Allemagne, de France et de Navarre. Selon les dernières nouvelles même le Luxembourg et la Suisse enquêtent sur la fraude fiscale. Mais où Diable sont ils passés tous ces fraudeurs? Existent-ils ou bien sont ils une invention des fiscs pour dévier l'attention de leur incapacité?

  • Holmes le 12.04.2012 19:09 Report dénoncer ce commentaire

    Laissez les enquêter. Mon argent ne se trouve pas dans une banque. Il se trouve au Luxembourg, en Irlande et en France mais vous ne le trouverez pas. Cameron, tu portes le même nom que le réalisateur du Titanic et tu coulera comme le Titanic! Britain rules? No my dear, not at all!!