Sortie imminente

09 mars 2015 14:37; Act: 10.03.2015 19:48 Print

L'Appple Watch n'a pas livré tous ses secrets

La très attendue montre intelligente du géant informatique américain devrait être lancée lundi. Ce sera le premier nouveau produit que présente la firme depuis l'iPad en 2010.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'entreprise basée à Cupertino avait annoncé en grande pompe l'année dernière son intention de mettre sur le marché l'Apple Watch au mois d'avril. Mais Tim Cook n'a jusqu'à présent donné que peu de détails sur la montre intelligente, dont une première version avait été dévoilée en septembre dernier lors du lancement de l'iPhone 6 et 6 Plus. Ce sera le premier nouveau produit que lance Apple depuis l'iPad en 2010 et son patron a affirmé qu'il ne pouvait déjà plus s'en passer.

Son prix

Selon la marque à la pomme, la version finale de la montre qui sera dévoilée ce lundi lors de l'événement «Spring Forward», à San Francisco, dès 18h, sera vendue à partir de 349 dollars aux États-Unis. Deux formats d'écran rectangulaire (38 et 42 mm) seront disponibles dans trois collections: la «Sport» (boîtier en aluminium avec bracelet en plastique), la «Watch» (boîtier en acier et bracelet en cuir ou métal) et la «Apple Watch Edition». Cette dernière version de luxe possède un boîtier en or jaune ou rose de 18 carats, des cristaux de saphir et des bracelets haut de gamme. Quant à son prix, il pourrait démarrer à 4 500 dollars. On parle même de plus de 10 000 dollars pour la version la plus onéreuse.

Une fois n'est pas coutume, Apple proposera une trentaine de combinaisons possibles pour personnaliser les modèles, en passant par la taille de la montre, sa couleur et les divers types de bracelets à disposition. Le site MixYourWatch permet de s'en rendre compte.

Les applications

La montre sera reliée à l'iPhone et possédera une multitude d'applications et de capteurs, pour notamment surveiller sa condition physique. Outre ses fonctions d'affichage de l'heure (c'est une montre après tout) par le biais de cadrans personnalisables (vraisemblablement pas ceux de tiers), l'Apple Watch permettra notamment de répondre à des appels, d'utiliser les commandes vocales de l'assistant personnel Siri, de consulter ses messages ou encore d'utiliser la fonction de paiement sans fil Apple Pay. Mais d'autres applications développées par des sociétés tierces devraient être dévoilées lors de l'événement.

L'écran tactile de la montre connectée dispose par ailleurs d'un système de reconnaissance de la pression exercée, tandis que sur le côté une molette et un bouton permettent d'autres interactions. Ceux-ci pourront se trouver d'un côté comme de l'autre, l'appareil étant adapté aussi bien aux droitiers qu'aux gauchers.

L'autonomie

C'est un des points importants qui restent encore obscurs. L'Apple Watch dispose d'un système de recharge sans fil et sa batterie devra être rechargée toutes les nuits, avait indiqué Apple. Elle devrait au mieux tenir une journée avec une charge, mais avec une utilisation plus intensive, elle devrait se réduire à 5 heures. Selon le New York Times, Apple devrait présenter un mode «Power Reserve» qui permet de faire tourner la montre en mode basse consommation en n'affichant que l'heure.

La concurrence

Apple, un nouveau venu sur le marché des accessoires, aimerait en tout cas que sa montre ait le même impact retentissant que ses précédentes innovations comme l'iPhone ou l'iPad. Le segment des montres connectées est en effet déjà bien occupé par les fabricants sud-coréens Samsung et LG, par le japonais Sony ainsi que la start-up Pebble.

Motorola, qui a été achetée par le géant chinois Lenovo l'année dernière, a également conçu une montre intelligente, et Huawei, un autre fabricant chinois, a dévoilé la sienne au Congrès mondial de la téléphonie mobile à Barcelone ce mois-ci.

La firme de recherche Strategy Analytics prédit qu'Apple enflammera le marché dès le lancement de son nouveau produit, et projette des ventes de 15,4 millions d'unités à travers le monde en 2015, ce qui garantirait une part de marché de 55%.

(L'essentiel/man/AFP)