Publicité controversée

02 mai 2017 13:09; Act: 02.05.2017 13:15 Print

Facebook ciblait les ados mal dans leur peau

Le réseau social s'est excusé après la publication d'un document montrant ses pratiques en matière de ciblage publicitaire en Australie et en Nouvelle-Zélande.

storybild

Le groupe de Mark Zuckerberg est au centre d'une polémique en Australie et en Nouvelle-Zélande. (photo: Keystone)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Un document confidentiel de Facebook publié lundi par le quotidien The Australian montre que le réseau social invite les publicitaires à cibler les ados vulnérables en Australie et en Nouvelle-Zélande. Daté de 2017, il est l'œuvre de deux cadres haut placés de Facebook Australie, Andy Sinn et David Fernandez.

D'après ce document de 23 pages, les algorithmes de la plateforme seraient en mesure de déceler lorsque les jeunes membres, dès l'âge de 14 ans, se sentent «démoralisés», «anxieux», «abattus», «inutiles», «stressés», «idiots» ou encore «en situation d'échec», via l'analyse des activités et publications sur le réseau social, y compris des images postées sur Instagram.

Facebook serait ainsi capable de signaler les moments précis d'une journée au cours desquels ces émotions peuvent être exploitées. Les annonceurs peuvent alors mettre en avant des produits permettant de redonner confiance en soi, comme par exemple ceux pour le sport et la perte de poids. Contacté par le média australien, Facebook s'est excusé et a précisé avoir ouvert une enquête «pour connaître les ressorts de ce processus et prendre conscience de notre erreur». «Nous imposerons les mesures disciplinaires appropriées», a fait savoir un porte-parole. Ce dernier n'a toutefois pas précisé si ces pratiques avaient aussi cours dans d'autres pays.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.