Cancer du sein

07 janvier 2018 13:23; Act: 07.01.2018 13:32 Print

La censure de Facebook fait encore polémique

En voulant promouvoir son film «L’Amazone» autour du cancer du sein, la réalisatrice Alexandra Naoum a enchaîné les difficultés. Dégoûtée, elle s'explique.

storybild

L'image de promotion du film n'a pas été acceptée par Facebook. (photo: Instagram / alexandranaoum)

Sur ce sujet

«Je voudrais que chez Facebook, on m’explique pourquoi, on a refusé de sponsoriser trois de mes posts et qu'on en a même supprimé un à cause de la soi-disant nudité, alors que j’y vois sans arrêt passer du contenu hypersexualisé de la femme, ou des images ultra violentes». Voilà les quelques mots qu’on peut retenir du coup de gueule d’Alexandra Naoum dans une vidéo publiée par le Huffington Post. En décembre, elle avait lancé un crowdfunding pour financer son dernier court-métrage intitulé «L’Amazone». Elle y dépeint l’histoire d’une survivante du cancer du sein ayant subi une mastectomie. Il semble donc logique qu'elle ait choisi un cliché montrant une poitrine pour la promotion du projet.

Mais le réseau social ne l’a pas vu de cet œil, bien au contraire. Considérant que la publication de la jeune femme ne respectait pas son règlement, elle a été supprimée. Suite à cette mésaventure, Alexandra Naoum a tenté tant bien que mal de trouver une solution, en vain. Elle a fait appel à Caroline Drogo, son illustratrice, pour qu'elle lui dessine quelques prototypes, et elle a même expressément flouté ses propres images. Rien à faire: Facebook continue de censurer la première photographie et refuse de sponsoriser ses autres publications (même si ces dernières sont visibles sur sa page).

La question est légitime: pourquoi accepte-t-on sur la Toile du contenu dégradant et on ne peut plus provocant, comme les fesses ou les seins des célébrités par exemple, alors qu'on refuse des posts symboliques et valorisants pour les femmes? Telle est la question. Quoi qu'il en soit, Alexandra Naoum n'en démord pas. Soutenue par ses 4 232 followers, elle compte bien réaliser son court-métrage. Avec l'aide de Facebook ou non.

(L'essentiel/Valentina San Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tous à poil le 07.01.2018 13:40 Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde sait que les réseaux sociaux américains, comme les américains, sont prudes, parce que les Américains sont prudes. Un sein nu (l'histoire de Janet Jackson pour ceux qui s'en souviennent) est bien plus choquant pour le public américain qu'une femme en sous-vêtement qui se déhanche vulgairement. C'est culturel. Les réseaux sociaux sont majoritairement américains, ils sont donc le reflet de la culture américaine. Donc, le nu est choquant, mais pas la vulgarité et surtout pas la violence. La cinéaste sait ce qu'elle fait, et en use pour faire le buzz autour de cette "injustice"...

  • Jessica le 07.01.2018 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne suis pas sûre qu'utiliser la nudité pour promouvoir un film sur le cancer soit si différent des autres clichés qu'elle critique... Si le film porte sur le cancer du sein et la mastectomie, et en tant que femme, je pense qu'il y a plus intéressant à utiliser comme matériel de promotion. Montrer les dégâts physiques (qui ne sont probablement que la pointe de l'iceberg), c'est juste faire comme certains médias qui utilisent des images à sensation pour faire parler d'eux.

  • RamBo le 07.01.2018 20:49 Report dénoncer ce commentaire

    On voit bien que FaceBook n'est pas le bon endroit pour les sujets "sérieux" :-) Je le dis depuis belle lurette ..........

Les derniers commentaires

  • Angeline sans seins le 08.01.2018 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    ... pour avoir l'air plus saint, elle aurait pû cacher son sein sain et montrer l'autre coté de la poitrine où le sein est dévoré par le cancer ...

  • RamBo le 07.01.2018 20:49 Report dénoncer ce commentaire

    On voit bien que FaceBook n'est pas le bon endroit pour les sujets "sérieux" :-) Je le dis depuis belle lurette ..........

    • Kojack le 08.01.2018 11:31 Report dénoncer ce commentaire

      Le Principal non plus!

  • lotz nathalie le 07.01.2018 18:50 Report dénoncer ce commentaire

    n'importe quoi FB quand on voit les images qui peuvent y etre....et refuse 1 sein....on se dit que c 1 mauvaise excuse....que refusait il????!!!La maladie ...peux etre....

  • ronnel stephanie le 07.01.2018 18:06 Report dénoncer ce commentaire

    bravo et merci Mme Naoum

  • NaJa le 07.01.2018 16:35 Report dénoncer ce commentaire

    Inutile de discuter! Les roseaux sociaux ont certaines règles et on n'a qu'à s'y tenir ou de changer de réseau social! Un sein nu est mal vu, alors abstenez vous d'en mettre en ligne

    • Business Mc Fly le 08.01.2018 11:33 Report dénoncer ce commentaire

      Il y a peut-être un segment à prendre avec un Réseau Social Off-Shore & Uncensored?