Sur Facebook

28 novembre 2017 09:55; Act: 29.11.2017 11:41 Print

L'intelligence artificielle pour éviter les suicides

Facebook a annoncé lundi le déploiement d'un système d'intelligence artificielle visant à identifier plus rapidement ses membres en proie aux idées suicidaires afin de les aider.

storybild

Le système passera au crible les messages de membres mais aussi les réponses de leurs amis. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Cette technologie cherchera automatiquement des indices dans les messages ainsi que les vidéos mises en ligne en direct sur Facebook Live, afin d'avertir plus rapidement le personnel de Facebook et les organisations d'aide spécialisée, selon le groupe américain. «Cette approche utilise une technologie de reconnaissance de types de comportement pour aider à identifier les messages et les vidéos en direct qui expriment potentiellement des pensées suicidaires», a écrit dans une note de blog le vice-président de gestion des produits de Facebook, Guy Rosen.

Le système d'intelligence artificielle passera au crible les messages de membres mais aussi les réponses de leurs amis qui pourraient par exemple leur demander si tout va bien ou «qu'est-ce que je peux faire pour t'aider?», explique Guy Rosen. Facebook a déjà mis en place des outils permettant à ses utilisateurs de signaler si un ami semble vouloir mettre fin à ses jours, mais l'intelligence artificielle permet de signaler plus rapidement ces informations et même de détecter des signaux que les membres pourraient ne pas déceler.

Service pas disponible dans l'UE

«De terribles événements tragiques - dont des suicides, certains diffusés en direct - auraient peut-être pu être évités si quelqu'un s'était rendu compte de ce qui se passait et en avait fait part plus tôt», avait déclaré le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, en février. «L'intelligence artificielle peut aider à offrir une meilleure approche», poursuivait-il dans une lettre ouverte. Après l'avoir testé aux États-Unis, Facebook va déployer ce système d'intelligence artificielle hors des États-Unis. «Il finira par être disponible partout dans le monde, sauf dans l'UE», souligne Guy Rosen, sans plus de précisions.

Les données personnelles sont protégées dans l'Union européenne par une réglementation plus stricte qu'aux États-Unis. Facebook collabore depuis une décennie avec des organisations spécialisées dans la santé mentale afin de lutter contre les suicides et d'aider ses membres en détresse à trouver le soutien nécessaire, explique Guy Rosen dans son message.

(L'essentiel/AFP)