Changement de politique

16 novembre 2016 09:38; Act: 16.11.2016 12:39 Print

Google et Facebook luttent contre les faux sites d'info

Google et Facebook vont couper les revenus publicitaires de ces sites accusés d'avoir favorisé l'élection de Donald Trump.

storybild

La victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, le 8 novembre, a déclenché un débat sur l'influence des informations fantaisistes circulant en ligne. (photo: AFP/Patricia de Melo Moreira)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'initiative des deux groupes, qui s'adjugent par leurs régies publicitaires respectives le plus gros du marché mondial de la publicité en ligne, vise à étouffer en la privant de financements une industrie alimentée par des informations sensationnelles et souvent fausses circulant en ligne, et vilipendée ces derniers jours pour son influence potentielle sur l'opinion publique.

«Nous allons commencer à interdire les publicités de Google sur les contenus trompeurs, de la même manière que nous interdisons les publicités mensongères», a indiqué Google dans un communiqué. «À l'avenir nous allons restreindre les publicités sur les pages qui dénaturent ou masquent les informations sur l'éditeur, ses contenus ou le but premier du propriétaire du site».

Pas de publicité pour les sites au contenu illégal

Dans une interview à la BBC, le patron de Google, Sundar Pichai, a reconnu qu'il y avait «eu plusieurs incidents» dans lesquels de fausses informations avaient été signalées «et nous n'avons pas pris les bonnes décisions». «C'est donc un moment d'apprentissage pour nous et nous allons vraiment travailler pour régler ça», a-t-il ajouté.

Interrogé sur la possibilité que les faux sites d'informations aient pu influencer le vote de certains électeurs à la présidentielle américaine, il a répondu «bien sûr». «De notre point de vue, les fausses informations ne devraient pas être distribuées, donc nous sommes tous d'accord qu'il faut que les choses s'améliorent», a-t-il reconnu.

Facebook va mettre en place une politique identique. «Nous n'intégrons pas ou ne montrons pas de publicités dans des applications ou des sites dont le contenu est illégal, trompeur ou mensonger, ce qui inclut les fausses informations», a souligné un communiqué du réseau social. «C'était jusqu'à présent sous-entendu, mais nous avons mis à jour notre politique pour clairement exprimer que cela concerne les fausses nouvelles».

(L'essentiel/nxp/afp)