Aux États-Unis

20 octobre 2016 11:07; Act: 20.10.2016 15:44 Print

Facebook propose aussi la livraison de repas

Se faire livrer une pizza, acheter des places de ciné ou prendre rendez-vous chez le coiffeur sans quitter le réseau social, est désormais possible outre-Atlantique.

storybild

L'application de messagerie mobile Messenger permettra à un commerçant de confirmer un rendez-vous à son client. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le groupe américain a annoncé mercredi l'ajout sur les pages des commerces présents sur son réseau de nouvelles fonctionnalités permettant aux consommateurs d'interagir directement avec eux. Pour se faire livrer à dîner, il suffira par exemple de cliquer sur un bouton sur la page d'un restaurant, explique Facebook sur son site Internet. L'option est toutefois limitée pour l'instant aux restaurants utilisant certains services de livraison (delivery.com et Slice).

Sur les pages des commerces comme les spas ou les coiffeurs, il sera possible de demander un rendez-vous à une certaine heure. Le commerçant confirmera ensuite en utilisant Messenger, l'une des applications de messagerie mobile de Facebook. Certains commerces pourront aussi ajouter à leur page un bouton permettant de réclamer un devis.

«Communique directement avec les entreprises»

Facebook a également conclu un partenariat avec Fandango pour permettre d'acheter des places de cinéma directement depuis la page consacrée à un film sur son réseau, ainsi qu'avec Ticketmaster ou Eventbrite pour obtenir des tickets pour d'autres événements ayant eux aussi leur propre page Facebook.

Le réseau a annoncé parallèlement un nouvel outil permettant d'obtenir des recommandations d'autres utilisateurs, notamment sur des commerces. Si l'utilisateur active la fonction «recommandations» sur un message où il demande des conseils, les suggestions faites par ses amis seront toutes sauvegardées au même endroit et affichées sur une carte.

Le réseau aux 1,71 milliard de membres réserve pour l'instant ces nouvelles fonctionnalités à ses utilisateurs américains, pour lesquels il a commencé à les déployer mercredi. Il promet toutefois davantage de nouveaux outils «dans les mois à venir», en particulier pour «communiquer directement avec les entreprises».

(L'essentiel/afp)