États-Unis

24 janvier 2017 12:57; Act: 24.01.2017 13:09 Print

Le couple Zuckerberg achète une société d'IA

Meta, une société d'intelligence artificielle, a été rachetée par l'organisation caritative Chan-Zuckerberg des époux Zuckerberg.

storybild

Mark Zuckerberg lors d'un discours à San Francisco. (12 avril 2016)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'organisation caritative, créée par le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et sa femme, a annoncé lundi l'acquisition d'une société canadienne spécialisée dans l'intelligence artificielle, Meta. Elle espère utiliser les technologies pour accélérer sa lutte contre les maladies. Meta est une start-up basée à Toronto, qui utilise l'intelligence artificielle pour lire plus rapidement et comprendre des publications scientifiques, afin d'en communiquer les éléments importants à d'autres chercheurs.

La Chan Zuckerberg Initiative n'a pas divulgué les modalités de la transaction, mais dit vouloir intégrer les technologies de Meta dans un outil qui serait mis gratuitement à la disposition des scientifiques.

Prédire et orienter

Ces technologies sont capables d'analyser des millions d'articles, de repérer des connexions et des tendances à des échelles et des vitesses impossibles à égaler pour des humains, soulignent des responsables de l'organisation caritative. «Meta va aider les scientifiques à apprendre des découvertes des autres en temps réel, trouver des articles clés qui sont passés inaperçus, ou même prédire vers où s'oriente leur branche d'activité», expliquent Brian Pinkerton, directeur technique, et Cori Barmann, en charge des questions scientifiques.

Mark Zuckerberg et sa femme avaient promis l'an dernier de verser 3 milliards de dollars dans la décennie à venir pour contribuer à la prévention et la guérison des maladies. Le patron de Facebook avait estimé à l'époque que cela permettrait à la Chan Zuckerberg Initiative d'avoir assez de moyens jusqu'à la fin de ce siècle pour trouver des traitements contre toutes les maladies ou, à défaut, de rendre gérables celles qui sont à l'heure actuelle mortelles.

(L'essentiel/nxp/ats)