«Allo» et «Duo»

18 mai 2016 21:25; Act: 18.05.2016 21:27 Print

Google lance deux apps de messagerie

Le géant internet se jette sur le marché concurrentiel des services de messagerie avec le lancement de deux applications mobiles à cet effet, dont une de vidéoconférence.

  • par e-mail
Sur ce sujet

La première application, présentée à la conférence annuelle du groupe pour les développeurs et baptisée «Allo», est un service de messagerie permettant de s'échanger de manière classique du texte ou des photos par exemple. Mais Google a tenté de le rendre plus efficace en y intégrant des capacités d'intelligence artificielle.

Cela lui permet par exemple de suggérer à l'utilisateur plusieurs réponses possibles pour le dernier message reçu, sur lesquelles il n'y a qu'à taper pour envoyer: accepter ou pas une invitation à dîner, mais aussi commenter des photos, avec des propositions du genre «miam des palourdes» ou «j'aime les linguine» suite à une image d'un plat réunissant ces deux ingrédients.

«Toc toc»

«Ceci est seulement possible parce que nous avons marié notre force dans la reconnaissance visuelle et dans la compréhension du langage naturel par l'ordinateur», a commenté Erik Kay, un ingénieur de Google. Allo permet aussi de dialoguer avec un assistant virtuel, et dispose d'un mode «incognito» à sécurité renforcée, où les messages sont cryptés ou peuvent se voir fixer une date d'expiration par exemple.

La deuxième application présentée mercredi, baptisée «Duo», permet à deux personnes de communiquer en vidéo depuis leur appareil mobile. Google met en avant sa simplicité d'utilisation, mais aussi une fonctionnalité baptisée «knock knock» («Toc toc» en français) permettant à l'utilisateur, avant même d'accepter un appel, de voir déjà la vidéo en direct de la personne qui cherche à le contacter.

Les deux applications seront disponibles cet été, et compatibles avec le système d'exploitation mobile maison de Google, Android, utilisé par toute une série de fabricants de smartphones dans le monde, ainsi qu'avec iOS, le logiciel concurrent d'Apple qui fait notamment fonctionner l'iPhone.


(L'essentiel/AFP)