Google.com

11 février 2016 12:23; Act: 11.02.2016 16:44 Print

Le «droit à l'oubli» gagne du terrain sur Google

Google a étendu le déréférencement des résultats à l'ensemble des versions de son moteur de recherche consultés depuis un pays européen.

storybild

Jusqu'à présent, seules les versions locales du moteur de recherche étaient concernées. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Google a fait un pas de plus en direction du «droit à l'oubli» complet réclamé en 2014 par les autorités européennes. Le géant du web a en effet commencé à étendre à toutes les versions de son site, y compris google.com, la suppression des résultats de recherche qui font l'objet d'une demande de «droit à l'oubli», rapporte Reuters.

Jusqu'à présent, seules les versions locales du moteur de recherche, comme google.es, google.de ou encore google.fr, étaient concernées. Mais ce déréférencement n'est effectué que si la connexion au moteur de recherche provient d'une adresse IP européenne. Cela veut dire que la requête sur un nom donné n'affichera aucun résultat à partir de l'Allemagne ou de la France, mais proposera des liens aux États-Unis par exemple.

Google a réagi à la pression des diverses commissions européennes de protection des données ainsi qu'à une décision de la Cour de justice de l'Union européenne. En mai 2014, cette dernière avait estimé que tout individu pouvait demander le retrait de résultats inappropriés du moteur de recherche lorsqu'un internaute faisait une recherche à partir de son nom. Depuis ce jugement, Google a précisé avoir reçu 386 038 demandes de droit à l'oubli, portant sur plus de 1,3 million d'adresses URL, et donné suite favorablement à 42% d'entre elles.

(L'essentiel/man)