Modèle économique

24 mai 2015 13:21; Act: 24.05.2015 13:33 Print

Le géant Google est-​​il déjà sur le déclin?

Visé par les autorités européennes de la concurrence pour position dominante, le géant américain du Net pourrait déjà être, selon certains analystes, en perte de vitesse.

storybild

Le modèle commercial de Google repose sur des bases très étroites, estime un analyste. (photo: DPA)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Même si Google reste une des toutes premières entreprises mondiales en termes de capitalisation boursière et d'aura, ses perspectives dans un environnement technologique qui évolue rapidement vers les appareils mobiles et les réseaux sociaux pourraient être quelque peu assombries. L'analyste et consultant Ben Thompson a récemment suggéré dans un blog intitulé «Peak Google» («Google au sommet») que le groupe perdait son rythme de croissance. Selon lui, Google pourrait être dans la même situation qu'IBM dans les années 80 ou Microsoft dans les années 2000, à savoir «une entreprise très rentable qui, pour le moment, domine le secteur technologique et semble infaillible mais que l'histoire montrera être déjà en déclin».

Le groupe de Mountain View, en Californie, domine depuis plus d'une décennie les recherches sur l'Internet et la publicité en ligne. Mais ses actions ont de la peine à garder leur niveau depuis qu'elles ont atteint un sommet au début 2014. Il est présent dans beaucoup de secteurs comme les voitures autonomes, les lunettes (Google Glass), les ballons relayant l'Internet, les services de télévision et de paiements, ainsi que les réseaux sociaux (Google+). Mais aucun n'a vraiment décollé. Même dans la publicité en ligne, Google semble perdre du terrain face à Facebook, estime Ben Thompson.

Des concurrents sur le terrain du moteur de recherche

Si dans le secteur des mobiles Google a imposé son logiciel Android qui domine le marché, les avantages qu'il en retire ne sont pas évidents. Les internautes utilisent des applications pendant les trois quarts du temps qu'ils passent sur la toile, ce qui ne rapporte rien à Google en termes de publicité en ligne. «Le modèle commercial de Google repose sur des bases très étroites. Tout passe par un seul pilier», affirme Roger Kay, d'Endpoint Technologies Associates. Selon le cabinet de recherche eMarketer, Google détient une part d'environ 31% en valeur du marché de la publicité en ligne depuis trois ans, alors que Facebook, Twitter et autres sites ont dans le même temps progressé. Pour la publicité sur support mobile, sa part est tombée à 35% cette année pour encore 46% en 2013, face à la concurrence de Facebook et des sites chinois Alibaba et Baidu. «Je n'irai pas jusqu'à dire que Google est un navire en perdition mais ils essayent de colmater beaucoup de fuites», estime Jeremy Kressmann, analyste chez eMarketer.

Le secteur du mobile est crucial car Google n'a pas accès aux données des internautes qui utilisent les applications d'Apple et qui sont essentielles pour les publicités ciblées. Facebook «en sait beaucoup plus sur chacun de ses utilisateurs, où qu'ils se trouvent, et peut être beaucoup plus précis», indique M. Kressmann en rappelant que ce sont des critères très importants pour les annonceurs. «À de nombreux égards, Google perd le contrôle d'Android et n'arrive pas à le monétiser en en faisant une porte d'entrée dans son écosystème», souligne cet analyste.

D'autres essaient de remplacer Google sur ce marché en le battant sur son terrain historique, le moteur de recherche. Les firmes de capital-risque ont ainsi investi plus de 100 millions de dollars dans des jeunes pousses qui cherchent à développer des produits concurrents pour ce marché ces trois dernières années, selon le cabinet de recherche CB Insights. Certaines d'entre elles, comme Quixey, Swiftype, Wildcard et Vurb, cherchent à faciliter les recherches parmi les milliers d'applications où Google est absent. Sans un tel contexte, l'enquête ouverte par les autorités européennes pourrait contribuer à éroder la domination de Google, comme ce qui était arrivé à Microsoft dans les années 2000. À moins que Google n'en tire les leçons, suggère Jan Dawson.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ou va le monde le 24.05.2015 18:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Personnellement j'ai éliminé de mes PC, Tablettes, Smartphones tous les moteurs de recherche sauf Google car je le trouve meilleur pour mes besoins ... mais je parle de moi même, à chacun son/ses choix :-)

  • Toujours le 24.05.2015 22:39 Report dénoncer ce commentaire

    On a toujours aimé détester les puissant, les plus fort, les n°1, pourtant la plupart sont encore là...

Les derniers commentaires

  • Toujours le 24.05.2015 22:39 Report dénoncer ce commentaire

    On a toujours aimé détester les puissant, les plus fort, les n°1, pourtant la plupart sont encore là...

  • Ou va le monde le 24.05.2015 18:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Personnellement j'ai éliminé de mes PC, Tablettes, Smartphones tous les moteurs de recherche sauf Google car je le trouve meilleur pour mes besoins ... mais je parle de moi même, à chacun son/ses choix :-)