Renforcement des moyens

20 juin 2017 12:05; Act: 20.06.2017 13:11 Print

Le plan de Google contre les contenus «terroristes»

Après Facebook la semaine dernière, Google affirme à son tour intensifier ses efforts en matière de lutte contre les contenus «extrémistes ou liés au terrorisme».

storybild

YouTube a dû faire face au printemps à un boycott d'annonceurs publicitaires, après l'apparition de certaines annonces à côté de contenus polémiques (antisémites, incitant à la haine ou faisant l'apologie du terrorisme). (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Google, comme d'autres géants d'Internet, fait face à des pressions régulières des gouvernements qui leur demandent de lutter plus efficacement contre ce genre de contenus. Fin mai, les dirigeants du G7 ont encore accentué leur pression sur ces entreprises. «Nous travaillons, comme d'autres, depuis des années à identifier et faire disparaître le contenu qui va à l'encontre de nos règles. Mais la vérité, aussi gênante soit-elle, c'est que nous devons, en tant que secteur économique, reconnaître qu'il faut faire davantage», a écrit le groupe, dans un texte publié sur son blog.

Cette démarche «peut être compliquée: la vidéo d'un attentat terroriste peut relever de l'information si elle est publiée par la BBC, ou bien être une apologie de la violence, selon le contexte et l'utilisateur qui l'a mise en ligne», poursuit le groupe. Google promet de renforcer son utilisation de l'intelligence artificielle, de façon à ce que les ordinateurs «nous aident à identifier et à retirer plus rapidement des contenus extrémistes ou liés au terrorisme».

Publicités pour déconstruire les messages

Reconnaissant que la technologie ne saurait être la seule réponse, le groupe de Mountain View (Californie) promet d'augmenter «de façon importante le nombre d'experts indépendants» chargés de surveiller les vidéos. «Les machines peuvent nous aider à identifier les vidéos qui posent problème, mais l'expertise humaine permet de faire la différence entre les vidéos de propagande (...) et l'information», explique Google. Le groupe va également collaborer avec davantage d'ONG pour filtrer les contenus, est-il précisé, ainsi qu'avec des «groupes (qui luttent contre) le fanatisme».

Il va aussi utiliser les techniques de publicité ciblée pour envoyer à des recrues potentielles de groupes terroristes des vidéos qui déconstruisent ces messages, dit-il encore. Google va enfin renforcer sa lutte contre les vidéos qui contiennent des propos «religieux» extrémistes ou prônant la suprématie idéologique. Les groupes du secteur multiplient les actions de communication qui détaillent leurs engagements contre les contenus litigieux, qui nuisent à leur image.

(L'essentiel/AFP)