Aux États-Unis

25 avril 2014 14:54; Act: 25.04.2014 15:10 Print

Fin des poursuites contre Apple, Google et Adobe

Les géants technologiques ont signé un accord pour mettre un terme à des poursuites les accusant d'avoir formé une entente illégale pour ne pas débaucher leurs salariés respectifs.

storybild

La plainte accusait les hauts dirigeants des entreprises d'avoir élaboré un réseau pour éliminer toute concurrence entre eux. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Une plainte, déposée en 2011, accusait plusieurs entreprises technologiques d'avoir ainsi nui aux carrières et aux perspectives salariales de plusieurs de leurs salariés. Apple, Google, Intel et Adobe ont mis un terme à ces poursuites en signant un accord avec les avocats des plaignants, selon un communiqué d'un tribunal de San Francisco. Aucun détail n'a filtré sur d'éventuelles indemnisations.

Trois autres groupes visés dans cette affaire, Intuit, Lucasfilm et Pixar, avaient signé un accord mettant fin aux poursuites les visant pour 20 millions de dollars en juillet 2013. Cet accord portait alors sur 8% des salariés concernés par la plainte en nom collectif, laissant penser que les indemnisations mises en place dans l'accord annoncé jeudi pourraient être bien plus élevées.

La plainte accusait les hauts dirigeants des entreprises concernées «d'avoir élaboré un réseau interconnecté de pactes explicites pour éliminer toute concurrence entre eux sur les travailleurs qualifiés». Les sociétés ayant adhéré à ces «pactes» devaient ne pas tenter de recruter leurs employés respectifs et ne pas faire de contre-offre si un employé négociait avec l'une d'elles. «L''effet espéré, et réel, de ces accords a été de contrôler les salaires des employés et d'imposer des limites illégales à leur mobilité», toujours selon cette plainte.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).