Jeux vidéo

27 juillet 2015 11:22; Act: 27.07.2015 11:31 Print

Des contrôles antidopage pour les «gamers»

La plus importante organisation de sport électronique, qui réunit des amateurs de jeux vidéos dans des tournois va instaurer des contrôles pour détecter les médicaments pris par certains joueurs.

storybild

Les eSports requièrent concentration, entraînement, talent et rapidité mentale. (photo: AFP/Kevork Djansezian)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Cette décision de l'Electronic Sports League (ESL), basée en Allemagne, intervient après les déclarations d'un joueur professionnel ayant affirmé lors d'une interview que lui et ses coéquipiers avaient «tous pris de l'Adderall» durant une partie du jeu de guerre «Counter-Strike: Global Offensive».

L'Adderall est un médicament de type amphétamine qui stimule les neurotransmetteurs dans le cerveau et est habituellement prescrit contre les troubles du déficit de l'attention.

«La popularité et la visibilité du sport électronique se sont accrues de façon exponentielle ces dernières années, mais cela s'est accompagné d'une hausse des récompenses avec pour effet d'accroître la tentation d'enfreindre les règles», a expliqué vendredi l'ESL sur son site internet pour justifier la mise en place des mesures antidopage.

Le business des paris

Les sports virtuels, en plein essor, reproduisent le modèle économique du sport traditionnel et leurs champions sont adulés par des foules de spectateurs venus regarder dans des arènes des parties de célèbres jeux vidéos disputées en direct et en réseau.

Le business des paris brasse lui des sommes de plus en plus conséquentes. Unikrn, une start-up spécialisée dans ce domaine est ainsi valorisée à 40 millions de dollars après l'arrivée de nouveaux investisseurs. Son cofondateur Rahul Sood espère bientôt pouvoir conquérir le marché américain, où les paris sur les sports virtuels restent encore interdits.

(L'essentiel/ATS)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.